Ciné, photo, art Portraits & Interviews

[ARTIVISME] Cette artiste détourne le papier découpé pour faire passer des messages militants

Instagram est mon application préférée depuis toujours. Etant très sensible aux arts graphiques et à l’activisme, elle m’a permis la découverte de nombreux comptes à la fois artistiques et militants.

C’est le cas du compte Les papiers sont politiques. Conquise dès les premières publications – féministes comme antispécistes -, j’ai voulu en savoir plus sur l’artiste derrière ces créations délicates. C’est parti pour l’interview.

Bonjour Aurore, commençons par une petite introduction: peux-tu te présenter?

Je m’appelle Aurore, j’ai 27 ans et je vis dans le sud-ouest de la France. Depuis peu, je me suis lancée dans la création de papercuts militants, que je partage sur mon compte Instagram “Les papiers sont politiques“.

Crédit photo: Aurore, Les papiers sont politiques

Comment es-tu devenue végane et féministe?

Je suis devenue végane il y a maintenant onze ans. Enfant, j’adorais les animaux, c’était très important pour moi. J’ai vécu la moitié de ma vie avec un chat que j’aimais énormément. Je pense que vivre avec lui m’a permis de réaliser que les animaux ne sont pas des objets mais des individus sentients et d’entrevoir à quel point ce que nous leur faisons subir est injuste. Je suis finalement devenue végétarienne en 2007.

Mais le vrai grand changement s’est produit un an plus tard, lorsque j’ai découvert le mot “antispécisme“. Je ne savais pas ce que c’était à l’époque, mais après quelques recherches, je suis tombée sur un article de David Olivier où il expliquait une chose très simple : il n’y a rien de juste dans le fait d’exploiter des animaux non-humains pour notre profit. Et j’ai été aussitôt convaincue, ça me semblait tellement évident.

A l’époque, il y avait beaucoup d’articles anxiogènes qui présentaient le végétalisme comme un régime conduisant forcément à de graves carences. Il m’a donc fallu deux bons mois pour sauter le pas et devenir végane. Par la suite, j’ai lu beaucoup d’articles sur la cause animale, notamment dans “Les Cahiers Antispécistes“.

C’est par ce même biais que j’ai été sensibilisé à d’autres combats politiques comme le féminisme, l’antiracisme, l’anticapitalisme, …

Ça m’a demandé quelques années de plus pour devenir féministe. Je me questionnais beaucoup sur le sujet et je remettais déjà en cause certaines normes de la féminité, comme l’épilation.

Et puis, j’ai lu des articles de blogs qui ont achevés de me convaincre de la justesse du féminisme et de son absolue nécessité.

Crédit photo: Aurore, Les papiers sont politiques

Quand as-tu commencé à faire des découpages et quelles sont tes inspirations?

J’ai découvert le découpage du papier il y a quelques années. Je trouvais ça tellement beau, cet art qui consiste à découper minutieusement une feuille de papier pour créer un motif.

Surtout que j’adore les feuillages et que c’est un sujet idéal pour le papercut. C’est seulement il y a peu que je m’y suis mise plus sérieusement. J’ai toujours aimé créer des choses avec mes mains. Je me suis essayée à la couture, au tricot, à la broderie …

J’avais très envie que mes créations soient militantes, pour sensibiliser mon entourage à la cause animale, pour qu’ils ouvrent les yeux sur les horreurs que nous causons chaque jour, mais je ne voyais pas quoi faire exactement.

A Noël dernier, j’ai eu envie de me remettre au découpage du papier. Je me suis fait offrir le merveilleux livre de Georgia Low et après avoir fait quelques-unes de ses magnifiques créations, j’ai soudain réalisé que le papier découpé était un support parfait pour exprimer mes idées et sensibiliser mon entourage à la cause animale.

Crédit photo: Aurore, Les papiers sont politiques

Je me suis mise à créer mes propres papercuts et j’ai eu envie de les partager à plus grande échelle, alors après un petit temps de réflexion, j’ai décidé d’ouvrir un compte Instagram, dans l’espoir de toucher plus de personnes.

Mes petites créations ne vont pas changer le monde, mais si mon travail pouvait aider ne serait-ce qu’un peu à faire avancer la cause animale, j’en serais très heureuse !

Merci Aurore pour cette interview. A découvrir sur Instagram: Les papiers sont politiques.

Commente cet article

A propos de l'auteur-e

Luisa
Grande curieuse écolo, amoureuse en cuisine, parfois baroudeuse (à petit budget). Créatrice de VeggieRomandie.ch - Organise des sessions de dessin Draw&Drink