Ciné, photo, art Portraits & Interviews

Badger’s Burrow, artiste végane et antispéciste, expose ce week-end à Genève

Un jour, parcourant mon fil FB, je suis tombée sur des illustrations noir et blanc animalistes: coup de cœur immédiat! Derrière ces images, Mélody, alias Badger’s Burrow.

Végane depuis quelques années, cette artiste exprime sa passion pour la cause animale à travers le dessin. Tu as peut-être déjà aperçu ses dessins sur le Net, ou reconnu son travail sur l’affiche de la dernière Marche pour la Fin du Spécisme organisée par l’association PEA cet été dernier.

A la veille de sa toute première exposition en Suisse, Mélody nous parle un peu de son travail.

Bonjour Mélody, commençons par le commencement: comment es-tu arrivée au véganisme?

Je crois que ça va faire trois ans que je suis végane… Pour ce qui m’y a amené, j’aime bien dire que c’est le nucléaire. 😗 A l’époque je débutais des études dans le démantèlement et j’ai commencé à beaucoup me renseigner sur l’écologie et le travail des associations afin de contrebalancer la soupe pro-nucléaire qu’on me servait chaque jour en cours.

En élargissant mes recherches, je me suis intéressée aux enjeux climatiques et à l’impact de la consommation de viande. A cette période, j’ai drastiquement réduit ma consommation de viande et modifier ma manière de manger en général. Ce n’est qu’un peu plus tard que l’argument éthique s’est imposé après la diffusion d’une enquête menée par L214.

Même si je suis devenu végane du jour au lendemain, le cheminement qui m’y a conduit a été très progressif.

Tu dessines sous le pseudonyme Badger’s Burrow – pourquoi le symbole du blaireau?

Pour respecter la charte graphique blanc/gris/noir de mes illustrations ! Et parce que les blaireaux sont mignons… Ça compte pour beaucoup.

« Piège & Blaireau » par Mélody Lefebvre.

Quand as-tu commencé à utiliser l’illustration pour le lier à ton état d’esprit végane-antispé?

Lorsque je suis devenue végane, je me suis dis que c’était déjà beaucoup et que jamais au grand jamais on ne me verrai manifester dans les rues pour ça.

Un an plus tard pourtant, j’ai réalisé qu’être végane faisait à présent partie de mon quotidien. Je n’avais plus besoin de passer autant de temps à lire la composition des biscuits au chocolat, les choses étaient plus simples dans la gestion du quotidien. Et finalement, j’ai réalisé que j’étais peut-être en mesure de m’investir d’avantage.

Lire: A quoi servent les manifestations?

A cette période, je me suis imposée un bilan de compétences pour essayer de déterminer où est-ce que je serai la plus efficace. Puisque je chante mal, que ma cuisine ne ressemble à rien et que je n’avais pas de caméra sous la main, je me suis dis que le dessin était peut-être la meilleure option. Comme j’avais totalement arrêté de dessiner depuis une bonne douzaine d’années, il m’a fallu quelques mois pour me sentir à l’aise dans ce mode d’expression. Après quoi j’ai commencé à mettre en ligne mes premières illustrations.

Des projets sur lesquels tu planches et que tu peux nous partager?

En ce moment, j’essaie de diversifier mon style en me tournant vers le format strip/bd. Après un premier épisode sur la pêche, je travail en ce moment sur le thème « Chaîne alimentaire et réseaux trophiques » dans une volonté de vulgarisation.

J’ai aussi lancé une série d’illustrations intitulée « Les petits animaux du fond du jardin ». Cette fois, le dessin est plus enfantin et s’adresse surtout à un jeune publique. Le but étant de donner de la visibilité aux animaux qui vivent autour de nous et qu’on ne voit pas souvent peint sur les murs des chambres d’enfants (chauve-souris, rat, blaireau, sanglier, lérot… ils sont nombreux et on les connait finalement très peu !).

Quels sont tes artistes préférés du moment ?

En vrac, L’oiseau et Léa Nahon qui tatouent dans un style absolument merveilleux. Frannerd pour ses adorables petites BD.

InsolenteVeggie pour son humour. False Knees pour son style décalé et inclassable. Et Layla Benabid pour son challenge Inktober à couper le souffle.

Extrait du challenge Inktober 2018 par Mélody Lefebvre
« Et puis un jour, tous ces mots ne renvoient plus qu’à une chose. Et ce quelque chose devient quelqu’un. »

Retrouve Badger’s Burrow à son exposition tout ce week-end au Festival Vegan à Genève, salle communale de Plainpalais dès 10h (entrée libre).

Son Instagram Sa Page FB

Réagir à cet article

A propos de l'auteur-e

Luisa
Grande curieuse écolo, amoureuse en cuisine, parfois baroudeuse (à petit budget). Créatrice de VeggieRomandie.ch - Organise des sessions de dessin Draw&Drink

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.