Blackfish
Cause animale

«Blackfish», le docu sur les orques en captivité, diffusion dimanche 29 juin sur ARTE

Ce dimanche 29 juin à 20h45 sur Arte, ne loupez pas le documentaire «Blackfish» réalisé à partir d’un fait divers tragique: l’attaque mortelle d’une orque contre sa dresseuse en 2010. Cette enquête édifiante montre comment l’animal peut se venger de l’homme lorsque celui-ci contrarie sa nature sauvage.

tilikum

Février 2010. Au cours d’un spectacle au parc d’attractions aquatique Seaworld, en Floride, Tilikum, une orque de six tonnes, attaque mortellement Dawn Brancheau, une dresseuse confirmée, sous les yeux des spectateurs. Attribuant l’accident à une négligence de la victime, le parc classe très vite l’affaire et l’orque, source de gros revenus, reprend les spectacles un an après. Pourtant, Tilikum n’en était pas à sa première agression…

Capturée à l’âge de 2 ans dans les eaux islandaises en 1983, cette orque mâle de sept mètres de long a passé le plus clair de sa vie en captivité. Elle a d’abord été dressée au Canada avant d’être rachetée par le Seaworld d’Orlando en 1992. Avant ce jour fatidique où elle s’est ruée sur la dresseuse, Tilikum était déjà impliquée dans l’attaque meurtrière de deux personnes…

Mêlant des archives exceptionnelles (filmées pendant les entraînements, les représentations mais aussi les attaques) et des entretiens avec les entraîneurs et des experts, ce film, sélectionné au Festival de Sundance 2013, relate les faits tout en enquêtant sur le comportement altéré des orques en captivité.

Lors de sa sortie en salles aux Etats-Unis, le film Blackfish a provoqué une vague de réactions auprès du public et des médias. Diffusé sur CNN en octobre 2013, il a attiré près de 21 millions de téléspectateurs.

La réalisatrice: Gabriela Cowperthwaite

En plus de 12 ans, la documentariste américaine Gabriela Cowperthwaite a réalisé plusieurs films documentaires, notamment pour National Geographic, Animal Planet, Discovery ou History Channel. Parmi eux : City LAX (2010) chronique adolescente dans les quartiers difficiles de Denver et Blackfish (2013). Elle vit à Los Angeles.

Les orques, quelques faits et chiffres

Le cerveau de l’orque témoigne d’une intelligence et d’une conscience remarquables. […] Grâce à l’imagerie par résonance magnétique on a découvert que leur cerveau est doté d’une zone que nous n’avons pas. […] On peut en conclure que ces animaux ont une vie affective extrêmement élaborée. […] Ils ont une conscience de soi et un sens des liens sociaux nettement plus forts et plus complexes que les autres mammifères, y compris l’homme.Dr. Lori Marino, neurobiologiste

orques

Les orques ou épaulards (« killer whale » en anglais), de la famille des cétacés, sont des super-prédateurs. Tout en haut de la pyramide alimentaire du monde marin, elles ne connaissent aucun ennemi naturel.

En moyenne, un mâle mesure entre 7 et 9 mètres et une femelle entre 6 et 7 mètres. Leur poids varie entre 5 et 8,5 tonnes pour les mâles et entre 3 et 4 tonnes pour les femelles.

En liberté, les femelles vivent jusqu’à 90 ans , les mâles jusqu’à 60 ans. En captivité, leur durée de vie n’excède pas les 35 ans.

Les orques sauvages vivent en famille par groupes de 5 à 50 individus. Elles communiquent entre elles et chaque famille a son propre langage. En liberté, elles nagent environ 150 kilomètres par jour.

Réagir à cet article
Mlle L

Grande curieuse, amoureuse en cuisine, baroudeuse à petit budget. Créatrice de VeggieRomandie.ch – Organise des sessions de dessin Draw&Drink

2 thoughts on “«Blackfish», le docu sur les orques en captivité, diffusion dimanche 29 juin sur ARTE”

  1. Oui c’est horrible je l’avais vue ce reportage il y’a quelques mois ! C’est effroyable ! L’humains est vraiment très très cons

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *