Actus Cause animale Suisse

Broyage de poussins: “Une action indigne de l’intelligence de l’être humain”

Le parlement a dit oui à la fin du broyage des poussins vivants. Jeudi 21 mars 2019, une première motion a été adoptée au Conseil national à Berne.

Avec 3 millions de poussins tués chaque année en Suisse, il est temps, selon Guy Parmelin, conseiller fédéral, d’arrêter cette méthode cruelle et cela pour trois raisons : l’évolution de l’opinion publique qui rejette le broyage des poussins, l’abandon de la part des couvoirs de cette méthode ainsi que l’adoption d’alternatives à la mise à mort, comme le sexage avant l’éclosion et/ou l’élevage de races de poules dites à deux fins, à la fois pour la ponte et l’engraissement.

Broyage des poussins mâles.

La méthode du broyage a été admise en 2008 pour soi-disant permettre une mort rapide des poussins, mais il suffit que les lames ne soient pas effilées, que les poussins sont uniquement mutilés, mais pas tués sur le coup, « une action indigne de l’intelligence de l’être humain », avoue la conseillère nationale du Parti Vert’liberal, Isabelle Chevalley.

La motion de la Commission de la Science qui propose cette motion, vise à changer le texte de l’ordonnance sur la protection des animaux car on peut raisonnablement penser que cela ne respecte pas la loi qui vise à protéger la dignité et le bien-être de l’animal.

D’un point de vue éthique, on peut aussi se demander si tuer un poussin pour la seule raison que c’est un mâle issu d’une lignée de poules pondeuses est acceptable, a encore énoncé Isabelle Chevalley.

La suffocation et le gazage sont d’autres méthodes utilisées largement dans les méthodes de production d’œufs.

Le point de vue éthique pourrait être posé sur tous les autres animaux que nous considérons encore comme objets, mais pour le moment nous sommes heureux et heureuses pour ce petit accomplissement pour la cause animale.

Image d’illustration: Erol Ahmed

Commente cet article