Carnet de voyage vegan Lifestyle

Comment garder ses convictions quand on est un végétalien en voyage à travers le monde ?

Article proposé par Marco Vasco Canada

Même si on a adopté le mode de vie végane depuis un certain temps déjà dans notre vie de tous les jours, il peut être difficile de garder ses convictions une fois en voyage dans un pays totalement étranger. Toutefois, ce mode de vie ne constitue en rien un frein lorsqu’on cherche à parcourir et à découvrir le monde! Alors comment survivre et ne pas se laisser mourir de faim loin de chez soi ? Voici nos conseils 🙂

astuce-voyage-vegan-veggieromandie3

Tout d’abord s’informer

A l’ère d’internet, il semble désormais impossible de ne pas avoir une petite idée sur la destination qu’on a choisie. On peut d’ailleurs y dénicher plusieurs adresses où l’on pourra déguster des plats végétaliens si on se rend dans des grandes villes. Mais le problème se posera lorsqu’on sera obligé de se rendre au fin fond de la brousse africaine. Là, aucun moyen de passer une petite commande.

On se demande d’ailleurs pourquoi les services de restauration en ligne n’ont toujours pas trouvé les moyens pour faire une livraison dans ces endroits reculés, ça nous aurait facilité la vie amplement. Le mieux dans ces cas-là c’est de se faire soi-même à manger. Donc dénicher sur internet des auberges de jeunesse dans la région ou des maisons d’hôtes où l’on aura accès à une cuisine et acheter les ingrédients sur les marchés locaux.

Demander l’avis d’autres voyageurs qui y ont déjà séjourné est également une bonne astuce. Les forums sont là pour ça, ne pas hésiter donc à s’y inscrire dès que l’itinéraire du voyage est fixé.

 

Le site Happy Cow, annuaire de restaurants végétariens et végétaliens partout dans le monde.
Le site Happy Cow, annuaire de restaurants végétariens et végétaliens partout dans le monde.

astuce-voyage-vegan-veggieromandie

Se faire comprendre une fois sur place

Il est important de savoir communiquer dans la langue de notre destination surtout quand on a adopté un mode de vie différent et qu’on veut le faire comprendre à nos interlocuteurs. Apprendre les bases de la langue locale, même juste pour dire qu’on ne mange pas de viande ni de poisson, est plutôt pratique, voire primordial :). Cela permet aussi d’expliquer notre point de vue et nos convictions pour ne pas heurter nos hôtes qui, si on refuse tel ou tel repas offert, risqueront de s’en offusquer.

Car même si en Suisse, en France et dans quelques pays du monde, cette pratique alimentaire est de plus en plus acceptée et adoptée, il n’en est pas de même dans les endroits un peu plus reculés. Et si on décide de prendre nos repas dans un resto non végétalien, on pourra toujours demander des plats sans viandes et autres produits dérivés si on arrive à dialoguer dans la langue du pays. Il est toutefois recommandé de faire attention aux plats qui nous sont servis surtout si on sent qu’on ne s’est pas très bien fait comprendre.

vegan-passport
Le Vegan Passport, qu’on peut acheter en ligne, présente un texte expliquant le véganisme dans plusieurs dizaines de langues différentes.

astuce-voyage-vegan-veggieromandie2

Pour résumer, à moins de se trouver dans un endroit où aucune végétation ne pousse, comme dans le désert par exemple, il sera toujours possible pour un végétalien de se restaurer. Si vous ne trouvez pas de resto type où manger, allez sur les marchés locaux : vous trouverez forcément des fruits, des fruits secs, des oléagineux qui vous permettront de tenir le coup jusqu’à votre prochain repas équilibré. Pensez aussi à emporter quelques briquettes de boisson au soja, quelques paquets de biscuits et du pain dans votre sac à dos si vous allez parcourir une longue distance sans passer par une ville ou un village.

Les bouteilles d’eau minérale permettront de compenser même un tout petit peu votre besoin en calcium. Dans certains pays, vous pourrez même trouver des magasins bios pour faire quelques provisions. Mais où que vous alliez, ne cherchez surtout pas à imposer votre style de vie mais essayez tout simplement de faire comprendre aux gens les raisons qui vous l’ont fait adopter. Et toujours respecter les traditions et les coutumes de votre pays d’accueil.

Car c’est ce qui fait la richesse d’un voyage : on apprend à se connaître un peu mieux, à repousser nos limites et à découvrir de nouveaux horizons en entrant en interaction avec les peuples du monde entier et leur mode de vie bien à eux.

 

Réagir à cet article

One thought on “Comment garder ses convictions quand on est un végétalien en voyage à travers le monde ?”

  1. Salut,

    L’application mobile d’happycow est géniale. Petite astuce : en ajoutant certains restaurants dans la liste des favoris et en utilisant des cartes offline (genre OsmAnd), il est possible de se débrouiller sans connexion à Internet.
    Je recommande aussi google translate et d’installer (Settings/Offline languages) la langue du pays que l’on visite, ça permet de déchiffrer les étiquettes dans les supermarchés.

    Faire un tour du monde en tant que vegan est très facile.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *