Featured Vegan pendant 1 mois

Défi du Mois Végane : entre soif de découvertes et appréhension, ces challengers se confient

Date: 1er novembre
Lieu: Soirée d’ouverture du mois végane, à Lausanne

Shara, 25 ans

Qu’est-ce qui t’as décidé à suivre le Mois Végane?

Je parle souvent avec une amie végane, à propos de son assiette, comment elle substitue les aliments. Elle me répond souvent: “pas aussi différemment que pour toi” à savoir que je mange beaucoup de plats indiens, étant indienne. Cela m’intrigue, car je suis en médecine; ça m’intéresse beaucoup. C’est pour ça que je me lance dans ce Mois Végane!

Quelle est ta vision actuelle du véganisme?

J’aime beaucoup les animaux. Hélas on peut leur faire du mal. J’ai été habituée à manger de la viande, donc j’ai du mal à dire “stop” …mais si tout le monde s’y met, on peut vivre autrement.

Qu’est-ce qui te fait peur pour ce challenge à venir?

Mes parents! Comme je vis avec ma famille, je ne sais pas ce qu’ils en penseront, s’ils seront d’accord de cuisiner pour moi – il m’arrive souvent de manger les restes de repas. Sinon, je vais essayer de m’organiser pour faire mes propres repas.

Je n’ai pas trop peur, il y a beaucoup d’options dans les supermarchés, et mes plats indiens peuvent facilement se véganiser.

Il faut juste de la volonté et de la discipline!

Camille, 20 ans

Qu’est-ce qui t’as décidé à suivre le Mois Végane?

C’est une amie qui a participé l’année passée qui m’en a parlé. Cela fait quelques années que je suis végétarienne et que je veux passer le pas. J’ai un peu de mal et j’espère que ce challenge m’aidera, enfin, à devenir végane.

Au niveau du programme, l’atelier argumentation me semble pas mal, je pense y aller.

Quelle est ta vision actuelle du véganisme?

C’est quelque chose de beau. Cela incarne le respect. C’est pour ça que je veux réussir à devenir végane.

Qu’est-ce qui te fait peur pour ce challenge à venir?

Manger à l’extérieur, au restaurant, en communauté, avec des gens qui ne sont même pas végétariens.

Découvrir: Les options végétaliennes à Lausanne

Chloé 17 ans, BriAn 22 ans

Qu’est-ce qui t’as décidé à suivre le Mois Végane?

Chloé: Cela fait plusieurs mois que je m’intéresse au véganisme. Ce défi est vraiment une opportunité pour moi de faire les choses concrètement. On va assister au shopping tour de Lausanne, on va aller à la projection du film Live & Let Live, aux conférences, aux ateliers. On est assez motivés!

Brian: Chloé a réussi à me donner envie et à m’y intéresser. A travers ce mois de novembre, on aborde ce qui me bloque un peu, c’est-à-dire comment faire la cuisine, comment faire les courses. Et être sensibilisé sur ce qui est végétalien et ce qui ne l’est pas – comme l’industrie alimentaire nous cache beaucoup de choses! Voilà pourquoi je suis là ce soir.

Qu’est-ce qui te fait peur pour ce challenge à venir?

Chloé: La chose la plus terrible pour moi c’est… le fromage! Sinon, pas vraiment de peurs, pour moi, si on a un principe, on s’y tient. Surtout pour un but altruiste.
Lire: 3 astuces pour dépasser son addiction au fromage animal

Brian: Ce qui me fait peur c’est que la réalité des choses me bloque au point de ne pas continuer. Si aujourd’hui je regarde des images de souffrance animale, je pense avoir le risque de partir en dépression, ça serait pas productif. J’essaie de trouver une manière de le faire gentiment, mais sûrement.

Lire: 12 aliments végétariens ou végétaliens qui pourraient ne pas l’être

Nina, 28 ans et David, 27 ans – Véganes depuis 1 an, après avoir suivi le Mois Végane 2016.

Comment s’est passé votre Mois Végane l’année passée ?

Nina: On s’est dit on fait un mois, on essaie. On est passé direct de viandards à véganes!

David: Le plus dur au départ c’était de remplacer la viande et le fromage en gardant nos plats habituels. Mais on s’est rendu compte qu’on arriverait jamais vraiment à remplacer cela. Et c’est à ce moment qu’on a découvert une toute nouvelle façon de cuisiner derrière. C’est à soi de sortir de sa zone de confort. Il y a plein de nouveaux goûts à découvrir!

Nina: Côté social, c’était le plus dur. Nos amis se foutaient de nous. “Toi végane, la blague!” Puis les jours et les semaines passent, on continue et on peut leur dire, regardes, je me porte bien! C’était pas si difficile que ça, à part les tous premiers mois. A ce moment-là, j’avais envie de crier mon indignation (par rapport à l’industrie du lait, des œufs, de la viande) et mes amis le prenaient mal, trouvaient que j’étais lourde. Je leur répondais: laissez-moi être une jeune végane!

Aujourd’hui ça va mieux, mon côté militant est plus doux et mon entourage est beaucoup plus vegan-friendly, sans devoir pour autant être agressive.

Un conseil à donner aux personnes qui se lancent dans ce défi?

Nina: Fais ton véganisme, comme tu peux. Essaie, encore. Et pas écouter les rageux surtout (rires).

Il y a malheureusement des gens qui ne veulent pas entendre certaines choses, qui ne sont pas prêts. Il faut savoir éviter de tomber dans des discussions inutiles.

Bon Mois Végane à tou-te-s les participant-e-s !

 

Photos: Association PEA

 

Réagir à cet article
Mlle L

Grande curieuse, amoureuse en cuisine, baroudeuse à petit budget. Créatrice de VeggieRomandie.ch – Organise des sessions de dessin Draw&Drink

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *