Actus Cause animale

Des conférenciers se réunissent à Genève pour soutenir l’interdiction des tests sur les animaux

Par la LSCV

Une journée de conférences dédiée aux tests sur les animaux pour les cosmétiques est organisée ce vendredi 16 novembre à Genève.

Organisée par l’ONG italienne OIPA et les organisations Suisses LSCV et ATRA, elle traitera de l’adoption, par le Parlement européen le 3 mai 2018, de la résolution visant à étendre l’interdiction au sein de l’Union européenne des tests sur les animaux pour les produits cosmétiques, à l’ensemble des nations.

Des conférenciers-ères de Suisse, d’Allemagne, d’Italie et du Royaume-Uni analyseront la situation actuelle, ainsi que l’intérêt à soutenir une interdiction afin d’encourager le développement de méthodes permettant le remplacement des animaux pour les études de toxicologie.

La résolution du 3 mai 2018

Le 3 mai 2018, le Parlement européen a adopté à une large majorité, par 620 voix contre 14, une résolution visant à étendre l’interdiction au sein de l’Union européenne des tests sur les animaux pour les produits cosmétiques, à l’ensemble des nations.

En vigueur depuis 2013 au sein de l’UE, le règlement sur les cosmétiques interdit non seulement les tests sur les animaux pour les ingrédients qui composent les produits, mais aussi l’importation de tout produit qui ne répond pas aux conditions de la directive.

Suite à l’interdiction européenne, la Suisse a également adapté sa législation pour y inscrire une disposition similaire. Ainsi, l’article 20 alinéa 3 de la nouvelle loi du 20 juin 2014 sur les denrées alimentaires (LDAl) et l’article 59 de son ordonnance d’application (ODAlOUs) interdisent eux aussi la mise sur le marché de cosmétiques testés sur les animaux.

Un exemple peu suivi par le reste du monde

Malheureusement, l’interdiction européenne n’a pas vraiment suscité d’émulation : 80% des pays dans le monde autorisent encore les tests sur les animaux pour les cosmétiques. On estime qu’environ 500’000 animaux sont utilisés chaque année dans ce but.

Le Parlement européen invite donc les États membres et les présidents des institutions de l’Union Européenne à utiliser leurs réseaux diplomatiques et à agir en faveur d’une interdiction mondiale des tests sur les animaux, lors de réunions avec leurs homologues. La résolution doit être transmise au secrétaire général des Nations unies à l’occasion de la prochaine réunion de l’Assemblée générale de l’ONU.

Le Parlement invite également la Commission à s’engager de manière proactive auprès de toutes les parties, en commençant par celles qui soutiennent l’interdiction mondiale des tests sur les animaux, pour faciliter le dialogue sur les avantages et les mérites d’une interdiction internationale.

Pour un soutien inconditionnel de la Suisse à la résolution Global ban

Membre de l’ONU depuis 2002, la Suisse doit naturellement soutenir la résolution du Parlement européen. La diplomatie suisse peut agir en faveur de la protection et du bien-être des animaux. Il est éthiquement inacceptable qu’en 2018, on expérimente encore des animaux pour des produits comme les cosmétiques.

Programme de la journée

10:00 – Massimo Pradella, président de l’Organisation internationale pour la protection des animaux (OIPA) : « L’OIPA: ses buts et activités. La résolution du Parlement Européen du 3 mai 2018 sur une interdiction globale de l’expérimentation animale pour les cosmétiques »

10:30 – Jack McQuibban, chargé des relations publiques pour Cruelty free international (CFI) : « La campagne pour mettre fin à l’expérimentation animale dans les cosmétiques partout et pour toujours »

11:00 – Bruno Fedi, président de la Ligue internationale des médecins pour l’abolition de la vivisection (LIMAV) : « La LIMAV et ses buts. Nouvelle science et nouvelle société »

11:30 – Questions-débats

13:00 à 15:00 – Pause déjeuner

15:00 – Max Molteni, président de l’Association suisse pour l’abolition de la vivisection (ATRA) : « L’ATRA, ses buts et activités. L’importance de lutte antivivisectionniste dans la cosmétique »

15:30 – Tamara Zietek, directrice scientifique des Médecins contre l’expérimentation animale / Allemagne (DAAE) : « L’innovation au lieu de l’expérimentation animale: les actuels modèles in vitro pour la recherche sur les cosmétiques »

16:00 – Daniel Favre, représentant de la Ligue suisse contre l’expérimentation animale et pour les droits des animaux (LSCV) au sein de la Commission Vaudoise sur l’expérimentation animale : « Quand l’interdiction favorise l’innovation »

16h30 : Questions-débats


Vendredi 16 novembre 2018, de 10h à 18h au Palais des Nations, Genève.
Gratuit et ouvert au public / inscription obligatoire (pour entrer dans les bâtiments de l’ONU)


Commente cet article

A propos de l'auteur-e

VeggieRomandie
Les articles mentionnés "écrit par VeggieRomandie" sont des articles rédigés à plusieurs, liés à un concours ou rédigés par un contributeur externe à la rédaction habituelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.