Mode

DIFFAIR – et si l’avenir de la mode durable venait de Suisse ?!

Après le tristement célèbre effondrement du Rana Plaza en 2013, le modèle de la fast fashion commence à être remis en question par de nombreux consommateurs. Qui fabrique mes habits ? D’où viennent-ils ? Quel coût social et écologique ont-ils ?

Les hashtags se multiplient et les documentaires sur le sujet abondent. En tant que végane, une autre question s’ajoute à celle-ci : quels matériaux dois-je privilégier si j’évite le cuir, la laine et la soie ? Comment concilier mes valeurs éthiques à ma sensibilité écologique ainsi qu’à mes goûts vestimentaires ?

DIFFAIR, ce sont quatre suisses qui cherchent à répondre à toutes ces questions. Ils viennent de Zürich et de Lucerne, ont des formations dans le design, la technologie de la mode, l’art et le commerce et ont eu l’idée d’imaginer une marque d’un nouveau genre.

Les modèles de leur collection – que je trouve personnellement magnifiques – sont imaginés et produits en Suisse, avec des matériaux en provenance d’Europe (Italie, Portugal et Allemagne principalement). DIFFAIR travaillera avec des petits artisans, des couturiers indépendants ainsi que des écoles de couture pour une collection 100% made in Switzerland.

Crédit photo: DIFFAIR
Crédit photo: DIFFAIR

Toutes les pièces sont entièrement véganes et les matériaux de base sont le coton (Bio, d’Europe) et le Lyocell (fibre produite à partir de pulpe de bois cultivé durablement, d’Europe). Dans un souci de transparence, DIFFAIR nous informe sur la provenance de chaque composante du modèle ainsi que sur l’endroit où celui-ci est conçu et confectionné.

Le prix du modèle est également détaillé afin que le consommateur sache exactement quelle part revient à la production, la communication ou encore au design. Enfin, DIFFAIR propose des pièces classiques et genderless, des vêtements qui ne se démoderont pas dans 6 mois et seront ainsi durables, dans tous les sens du terme, en plus d’être inclusifs.

La transparence est au rendez-vous avec cette fiche technique détaillée.

En matière de prix, la marque n’est certes pas concurrentielle avec les grandes enseignes que l’on connaît, mais la question se pose: n’est-ce pas le prix à payer pour enfin remettre du sens dans notre consommation de vêtements ?

Le crowdfundig de cette nouvelle marque se termine dans quelques heures, si ça te parle, fonce les soutenir sur leur kickstarter!

Commente cet article