Carnet de voyage vegan Restaurants / Take Away

Dublin : les bonnes adresses végétaliennes de Mélanie

Dublin, ses pubs, sa musique, sa Guinness… et son goût pour la viande, notamment dans les nombreuses brasseries. Quand on est végétarien-ne ou végane, il n’est pas toujours facile de trouver de quoi se nourrir aisément.

Heureusement, de plus en plus de restaurants existent et il y a passablement de choix à Dublin. La cuisine y est variable, mais toujours avec des assiettes aux quantités généreuses. Même si plusieurs restaurants nous mettaient l’eau à la bouche, beaucoup d’entre eux étaient fermés et nous n’avons malheureusement pas pu les découvrir. Je vous partage donc les lieux que nous avons visités.

Voici un petit résumé des restaurants qui nous ont permis de ne pas vivre que de Guinness ou de whiskey durant notre séjour.

Il n’est pas facile de trouver des bars qui servent des plats végétaliens lorsqu’on a envie de prendre quelque chose sur le pouce. Nous avons néanmoins débuté par un petit arrêt au Busyfeet & Coco Café (41 S William St). Même s’il n’y a que très peu de plats végétaliens, et que les prix sont assez chers, cela fait tout de même plaisir de trouver une solution pour s’alimenter. C’était d’ailleurs un des rares bars dans le quartier à proposer des options végétales.

Après une première journée à parcourir la ville, nous avons eu envie de nous faire plaisir en mangeant un bon repas. Comme j’aime la cuisine japonaise, mais que je ne veux pas faire l’impasse sur l’alimentation végétalienne, nous avons opté pour le TaKaRa (Ramen et deli sushi Bar, 37 Abbey Street Lower, North City).

Ce restaurant type take-away offre tout de même plusieurs places (une petite vingtaine) pour manger. J’ai personnellement opté pour un teppanyaki avec une soupe miso. La soupe était délicieuse, tout comme le plat principal fait de tranches de tofu mariné et de légumes croquants, avec du riz en accompagnement. Les prix sont corrects, ambiance sympa.

Bref une adresse que l’on recommande pour les adeptes de la cuisine japonaise.

Le Govinda (83 Middle Abbey Street): cette enseigne possède deux restaurants à Dublin. Comme le nom l’indique, ambiance yoga et nourriture indienne.

En réalité, la nourriture est plutôt de type cantine, avec une tentative de mettre des épices indiennes dans des plats cuisinés à l’européenne. Je n’ai pas retrouvé les saveurs spécifiques que j’aime et la nourriture ne m’a pas transcendée.

Par contre c’est le restaurant qui détient la palme pour le rapport quantité-prix. Il suffit de choisir la taille de l’assiette que l’on veut (j’avais pris une assiette moyenne pour 12 euros, sachant que la grande assiette a plutôt la taille d’un plat) et de la remplir selon ce que l’on souhaite (salades, plats chauds).

Pratique si vous ne savez pas quoi choisir ! La nourriture n’est pas mauvaise, mais on n’est de loin pas dans de la gastronomie. Le décor est sobre, mais le service adorable (on a dû dire aux serveuses de diminuer la quantité dans nos assiettes tant elles étaient généreuses). Si vous voulez avoir de quoi bien caler votre estomac, c’est une adresse à retenir.

L’assiette moyenne du Govinda (avec une cuillère à soupe pour vous situer la taille)

Si vous allez visiter la fabrique de Guinness ou la distillerie Teeling, tous deux situé dans le quartier populaire, ne ratez pas The Electric vegan (Ardee St, The Liberties) : petit fast-food sans prétention, situé dans le quartier ouvrier avec ses petites maisons de briques rouges, loin de l’agitation du centre-ville, The Electric Vegan propose des hamburgers et des plats du jour.

C’est en quelque sorte le Veganopolis lausannois en version dublinoise. Hamburger et frites avec des produits frais, très bons et bien nourrissants. Une chouette adresse avant de déguster un whiskey ou une pinte.

Lasagne végétalienne et frites
Le burger Mighty Vegan
La carte du Electric Vegan

Le Cornucopia (19-20 Wicklow St): situé au centre-ville, il offre un décor sympa. L’établissement fait restaurant à l’étage (avec service) et cafétéria au rez-de-chaussée, où chacun va chercher son assiette soi-même.

Pour ma part, je n’ai pas trouvé mon plat incroyable pour le prix et l’émincé que j’avais choisi baignait dans la sauce avec très peu de riz pour accompagner.

Par contre, il propose plusieurs pâtisseries qui se laissent manger (gâteau aux carottes, tartes aux myrtilles, brownies, etc… ). Nous avons testé le gâteau aux carottes qui n’était pas le meilleur que j’ai goûté, mais qui était néanmoins bon et la tarte aux myrtilles façon cheesecake qui était très bonne.

Une cuisine populaire parfaitement acceptable. À nouveau, le service était très avenant.

Cheesecake myrtille du Cornucopia

Le Beo ( 50a, 7 Manor St, Stoneybatter) : c’est le restaurant gastronomique de notre séjour. Décor épuré, peu à manger dans l’assiette, belle présentation, on reste personnellement avec un petit creux à la fin (surtout après une journée de visite en ayant quasiment rien mangé), mais la serveuse nous a bien dit que c’était des plats “dégustation”… ce restaurant n’a que très peu de couverts et surfe sur la vague bobo.

Un seul menu est proposé afin de réduire les déchets alimentaires, menu que vous pouvez décliner en 3, 5 ou 8 plats, mais qu’il est impossible de modifier (nous avons essuyé un refus quand nous avons demandé s’il était possible de modifier un plat). Tous les produits sont locaux, si possible préparés sur place afin de réduire au maximum les impacts environnementaux.

De très belles idées donc, même s’il y a encore quelques petits couacs. Service très long : la cheffe prépare tout elle-même d’A à Z, y compris le dressage des assiettes et refuse de l’aide à ce niveau selon nos informations, une seule serveuse. Nous avons passé presque 3 heures à table suite à des soucis en cuisine, alors que nous n’étions que six personnes dans le restaurant.

Pour des véganes, leur cuisine n’apportera peut-être pas beaucoup de surprises puisque leur motivation est plutôt de faire découvrir aux omnivores des manières différentes de cuisiner, basées sur le cru et le végétalien. Leur idée de sublimer les légumes et leurs arômes est par contre très intéressante. Des découvertes gustativement intéressantes et une réelle volonté de bien faire, et de partager avec beaucoup de cœur de la part du personnel.

Malgré les prix, nous vous le recommandons, ne serait-ce que pour soutenir le magnifique travail mis en place avec ce projet de restaurant. Ce restaurant n’étant ouvert que depuis quelques mois, il faut espérer que la cheffe lâchera un peu prise sur sa volonté de tout contrôler et comprendra qu’elle ne peut pas être partout à la fois pour un service réussi.

Pensez à faire un arrêt au Cobblestone quelques rues plus loin, pub irlandais réputé des mélomanes où vous pourrez profiter de concerts de musique irlandaise tous les soirs.

Glace au tchaï, parfait au cacao
Mousse de colrave et pommes séchées

Ce qui demeure appréciable dans tous les lieux visités est le fait que les plats végétariens et végétaliens, tout comme les allergènes possibles sont très clairement indiqués, ce qui facilite grandement la lecture des cartes dans les différents établissements.

Partout où nous sommes allés, les Dublinois étaient adorables et souriants. Ils sont très serviables et ont à cœur de satisfaire leurs client-e-s.

N’hésitez pas dès lors à leur demander ce qu’ils peuvent vous proposer. Si vous le faites avec le sourire, vous serez en général reçu avec le même sourire, même s’ils ne peuvent pas répondre à vos attentes.

Bonne découverte de Dublin!

Photo d’illustration: Diogo Palhais. Autres photos: Mélanie

Commente cet article

A propos de l'auteur-e

Mlle Tournesol
Mlle Tournesol
Accro aux carottes et au chocolat, j’ai fait des études scientifiques car je rêvais de vivre comme Jane Goodall, entourée de chimpanzés, ou dans n’importe quel espace sauvage. Master en poche, j’ai finalement choisi de vivre en Licornie et de devenir thérapeute, mode de vie plus facilement gérable avec des enfants.

Mes passions sont la nature, la lecture, le développement personnel et spirituel, l’écopsychologie et tout ce qui touche au bien-être en général, autant pour les humains que les animaux. Je milite pour plus de conscience, de paix et d’équité entre les êtres vivants.