Bonnes nouvelles Cause animale

Ébouillanter un homard vivant est désormais interdit en Suisse

Dès le 1er mars, il sera interdit en Suisse de plonger les homards dans l’eau bouillante, ainsi que de les transporter sur de la glace ou dans de l’eau glacée.

Le Conseil fédéral a pris position sur la question du homard: avec une ordonnance émise ce mercredi, il déclare officiellement l’interdiction d’ébouillanter ces crustacés.

Le texte précise également qu’ils ne pourront plus être transportés sur de la glace ou dans de l’eau glacée – ils devront être détenus dans leur milieu naturel.

Ne nous affolons pas: leur mise à mort est toujours autorisée… il faudra les étourdir avant de les tuer. Les techniques d’étourdissement admises sont l’électricité et la destruction mécanique du cerveau (comprenez, pilonner leur tête).

Homard bleu dans l'eau

La science fait le point

Depuis 10 ans déjà, des études affirment que les crustacés ressentent de la douleur. L’écrivain et journaliste américain David Foster Wallace, végétarien et grand curieux, s’est penché sur la question en 2014.

«Même en couvrant la marmite et en s’en détournant, on peut entendre les cognements et claquements du homard contre la paroi. Ou encore les pinces de la créature raclant la marmite. En d’autres termes, le homard se comporte pas mal comme vous et moi si nous étions plongés dans de l’eau bouillante » affirmait-il dans un article.

En bon journaliste, il est parti vérifier ses dires auprès des scientifiques et a appris que les homards sont dotés de nocicepteurs, mais aussi de l’équivalent pour les invertébrés des prostaglandines, ainsi que de neurotransmetteurs similaires à ceux qui permettent à notre cerveau de transmettre la douleur. Mais le système neural du homard est très différent de celui de l’homme, le doute subsiste en partie.

Le journaliste a donc appelé à la prudence et à tout même considérer la possibilité de la douleur chez les homards.

Plus récemment, un article du Washington Post posait la même question à l’éthologue Robert Elwood: les homards souffrent-ils ? Sa conclusion: «Ce ne sont pas que des réflexes, ce sont des comportements complexes et prolongés qui impliquent clairement le système nerveux central», explique Elwood.

En savoir plus sur les homards

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.