Cause animale Portraits & Interviews

Entre éveil des consciences et agriculture végane bio, le refuge suisse allemand Hof Narr

À la rédac’, nous avons un intérêt commun pour les sanctuaires et refuges pour animaux. Après vous avoir parlé du refuge La Bouche qui rit à Martigny, direction Zürich pour découvrir le sanctuaire végane Hof Narr.

Sarah Heiligtag, présidente de l’association Hof Narr, a eu la gentillesse de répondre à mes questions, posées pour combler ma curiosité, dans l’attente de pouvoir lui rendre visite un jour!

Dans ce sanctuaire, on peut rencontrer de nombreux animaux rescapés: chevaux, poules, cochons, dindes, lapins, canards, chiens et chats, …toutes et tous y vivent en harmonie avec les humains et contribuent activement à éduquer les visiteurs.

Quant aux vaches, elles vivent au refuge ZuKuhnft à Wald (jeu de mot entre « futur » et « vache » en allemand); celui-ci fait également partie de l’association.

Echanges paisibles – Photo: Hof Narr

Bonjour Sarah, quel a été le catalyseur pour créer un refuge pour animaux ?

J’enseignais l’éthique, en particulier l’éthique animale à l’Université et dans les écoles, et j’ai vite compris que l’enseignement théorique en classe n’allait pas changer le monde.

Nous possédons un incroyable savoir dans le domaine de l’économie, de la philosophie et des sciences sociales, et c’est donc déplorable que nous nous occupions si peu de l’humain et des animaux.

L’idée a pris pied avec la compréhension qu’avoir un lieu où l’on puisse enseigner en pratique en plus qu’en théorie était une opportunité pour enclencher un vrai changement pour le futur.

Parler des animaux et de leurs situations fait bien sûr réfléchir, cependant les voir dans leur environnement et découvrir leur vrai nature est une expérience qui laisse une marque et change profondément les humains.

En plus de tout ça, c’est une tâche merveilleuse de pouvoir offrir un chez soi aux animaux rescapés et ensemble de pouvoir éveiller les consciences.

Que signifie pour la toi la gestion d’un refuge avec tout ce que cela implique ?

Pour commencer, ça m’inspire et veut dire espoir et confiance.

Les 400 personnes qui nous rendent visite chaque semaine ne partent jamais sans de fortes impressions. Les retours que l’on reçoit nous montrent que ces personnes ont fait des changements permanents dans leurs styles de vie, et cela nous donne de la force pour continuer ce travail.

La vraie forme de philosophie pour moi est donc celle d’enseigner directement et au milieu de ces individus rescapés.

Sur le plan pragmatique, il y a énormément à faire, mais cela va de soi, si l’on veut changer le monde 😉

Économiquement, en plus des revenus générés par les visites des écoles et des cours, nous proposons la vente des produits issus de notre agriculture bio et végane.

Est-ce que tu as des contacts avec des éleveurs qui s’intéressent à votre travail et qui réfléchissent à faire un changement ?

Oui, nous avons plusieurs contacts chaque semaine. Mais un tel changement peut parfois durer longtemps, car celui-ci est ancré dans des conflits et des problèmes générationnels.

Cependant, c’est encourageant.

Gloria – Photo: Superpeng
Photo: Superpeng

Sur un plan personnel, sens-tu un changement de ton être grâce au contact quotidien avec ces animaux magnifiques ?

Oui, le contact avec eux me donne d’un côté la force de surpasser n’importe quel obstacle, et de l’autre, je trouve incroyable que les personnes puissent exploiter ses êtres magnifiques de manière si horrible et ça me choque qu’en 2019 encore autant d’animaux soient exploités.

Chaque individu est incroyable et unique, chacun mérite de pouvoir vivre selon ses besoins, et chacun d’entre eux dégage un amour inconditionnel pour l’humain. C’est à briser le cœur.

Chaque jour, j’en apprends davantage en les côtoyant, particulièrement en observant leur ouverture et leur être inconditionnel.

Des poules à l’abri de l’abattoir, et dont leurs besoins spécifiques sont comblés.
Photo: Seraina Boner

Un dernier mot ?

Je tiens à mettre l’accent sur l’importance du travail de relations publiques des refuges. Un refuge pour animaux est bien plus qu’un refuge dans lequel vivent des animaux parrainés.

Les relations publiques avec les animaux arrivent à percer les cœurs les plus bloqués et à changer de manière définitive des personnes.

Cela veut aussi dire que la contribution d’un parrain ou marraine fait tellement plus qu’uniquement leur procurer des soins et de la nourriture. Cela rend possible que ces animaux puissent toucher des milliers de personnes et ainsi changer le monde.

Tu vois, je me répète, mais c’est tellement important de comprendre qu’un refuge n’est pas seulement une maison d’accueil, même si cela reste de même un point très important.

Je remercie Sarah pour sa disponibilité et souhaite à son association plein de succès, avec l’espoir d’un futur où l’on puisse cohabiter en pleine conscience et en paix avec nos amis les animaux.

Commente cet article