Chroniques Vegan pendant 1 mois

Expérience 1 mois 100% vegan: le bilan!

veganmonth-titreDurant tout le mois de novembre, sept personnes se sont lancées dans le challenge « 1 mois vegan » et ont partagé leur expérience ici. Alors, qu’est-ce que ça a donné tout ça? Voici leur bilan.

Armelle

armelle armelle-2

 


Caroline Green

caroline-greenLe vegan challenge s’est très bien passé!

Je ne sens pratiquement aucune frustration malgré que j’ai perdu 3 kilos en 3 semaines:)
Ce qui était un défi au départ devient peu à peu une hygiène de vie, de nouvelles habitudes qui s’ancrent dans ma vie quotidienne.
Je suis très heureuse d’y avoir pris part et je compte bien continuer même si je m’autoriserais des « écarts » de temps en temps lors d’un dîner au restaurant, un anniversaire, Noél, etc.

Globalement, si je devais me définir, je dirais que je suis végétarienne semi vegan:)


Fiona

fionaQu’est-ce que j’ai apprécié mon bol de céréales plein de lait ce matin :))

Bilan: ultra positif.

En effet, je me suis rendue compte que je pouvais (facilement) me passer de fromages et biscuits industriels en tout genre en les remplaçant par les noix, noisettes, fruits secs et plein d’autres aliments bien meilleurs, et tout ça grâce au mois vegan.

Et c’est que je vais faire, alors merci!


Flo

flo

Ce mois a été génial!

Mon esprit est calme et reposé. Mon corps se sent beaucoup mieux, mon transit me dit tous les jours MERCI.

J’ai remangé un yaourt qui me faisait de l’œil et ai eu mal au ventre toute la journée. Quant à la viande … aie j’en ai mangé un morceau lors d’un souper et l’ai vomi une heure après (c’est pas très glamour j’en conviens). J’ai pris conscience qu’en très peu de temps, mon corps s’est très bien adapté à cette nouvelle alimentation et ne supporte plus l’ancienne. Peut-être que je mangerai une fois ou l’autre un morceau de fromage lors d’une occasion ou un œuf mais je sais que la viande me dégoute et ne passe plus.

Mon mari et mon fils vivent très bien ma nouvelle alimentation, goûtent, se régalent avec les biscuits et pâtisseries mais continuent de manger comme avant.

Pour ce qui est du reste de mon entourage, j’évite de parler de mon alimentation. Les réactions sont décevantes et pour beaucoup de personnes, les vegan ne mangent que des petites graines et de la verdure. Ils ne savent pas à quel point je me régale moi la gourmande par excellence ! Voici une image qui est très parlante.

effets secondaires possibles d'un régime vegan
Je suis plus sensible à la situation des animaux, à l’élevage en batterie, à leur condition de vie. Je me surprends même à dire à mon chien qui mange un morceau de viande : tu te rends compte que tu bouffes tes copains.

Je suis ravie de ce changement dans ma vie et compte continuer. Je suis en pleine forme, épanouie.

Merci pour ce mois, pour le soutien et les commentaires et un merci spécial à Laurence qui m’a fait découvrir cette nouvelle vie.

Allez faire un tour sur le site plantastique.com où j’ai trouvé des recettes (les chips au Kale une tuerie je vous dis) et participé à des conférences enrichissantes.


Paon Perdue

paon-perdueJ’ai eu du mal à écrire ce dernier article pour clore le mois végan, parce que me sont venues beaucoup trop d’idées qui ne sont pas évidentes à synthétiser, alors en vrac :

1- J’ai trouvé un boulot qui va me nourrir: « au sens propre » et également intellectuellement, humainement et créativement.

Depuis je me sens plus nourrie et je focalise moins sur la nourriture « concrète ». J’ai, par conséquent, l’impression qu’avant je reportais beaucoup de mon besoin de sens, de vouloir être bien nourrie.. en exerçant une sorte de contrôle sur la nourriture « concrète ».

2- J’observe que quelques végans se nourrissent avec plus de produits contenant de l’huile de palme, au supermarché, avec des produits industriels « pour végan », avec des farines et du sucre raffinés, beaucoup de substituts à base de soja,….

C’est leur choix mais cela me permet de me rendre compte que ce n’est pas ce que moi je recherche. Pour l’environnement (animaux compris), la planète et ma santé : J’essaie de limiter les produits contenant de l’huile de palme qui détruisent les habitats des animaux. J’essaye d’acheter aux petits producteurs plutôt qu’au supermarché. J’essaye de préserver la bio-diversité et la qualité nutritionnelle des aliments en n’alimentant pas les lobbys industriels.

On pourra me répondre que l’un n’empêche pas l’autre: qu’être végan n’empêche pas, bien au contraire, de se préoccuper de l’environnement etc… et oui dans les pensées je crois que c’est très juste mais dans les actions je me demande si le « veganisme radical » n’a pas un effet collatéral qui va malheureusement à l’encontre de tout ceci. C’est un arrière-goût que je sens comme ça intuitivement dans ma gorge mais que je n’arrive pas à expliquer. Cet article y parvient en partie : article de basta mag

Cela explique sans doute pourquoi je n’arrive pas à voir le mal dans le fait d’avoir des poules dans le jardin, trois chèvres et de faire son fromage, .. et que j’ai envie de prendre la défense des humains qui élèvent leur petit troupeaux dont ils s’occupent nuit et jour quand je les sens mis dans la même casserole que les élevages industriels, moi qui n’aime pourtant pas manger de la viande.

3- j’ai vu une vidéo d’un morse violant un pingouin et ça m’a choqué et bien que mes pensées soient encore assez confuses car cette vidéo est vraiment horrible, cela m’a renvoyé le fait que:

  • non, tout n’est pas rose au pays des animaux.
  • je ne suis pas « Pour l’Égalité Animale »
  • la souffrance existe et on ne peut pas nier cela, que vouloir le nier c’est vouloir nier la mort. Ce dont nous humains sommes conscients et qui sans doute nous pose problème. Les animaux ne se posent pas la question eux de devenir végan ou non.

Bref tout mis ensemble, je vois parfois dans le véganisme une nouvelle façon de vouloir contrôler. Contrôler la nature, contrôler sa peur de la mort, … c’est lié, non?

Après, je dis pas que c’est bien ou mal, je vous propose juste de vous poser la question de votre rapport à la mort (la votre de préférence).

Et bien sur, même si j’ai recommencé à manger du poisson et du fromage, ça ne veut pas dire que j’en mange tous les jours. Et je les choisirai encore plus bio et éthique qu’avant.

Je ne suis pas anti-végan, je ne suis juste pas végan moi-même. Le mois végan m’en a apporté la confirmation. Il m’a apporté des belles rencontres, des belles recettes. Il m’a également apporté plus de conscience de la souffrance des animaux…et des humains.  Et je continuerai de travailler à comprendre comment nous aider à transcender ces souffrances et vivre en harmonie avec nous-mêmes, en harmonie les uns avec les autres et en harmonie avec la planète qui nous porte et nous nourrit et dont nous faisons partie.


Un grand bravo à toutes les participantes et merci pour votre partage.

Lire toutes les autres chronique du « Challenge 1 mois vegan »

Vous aussi vous avez fait le « mois vegan »? Quelle a été votre expérience?

Réagir à cet article

A propos de l'auteur-e

Mlle L
Grande curieuse, amoureuse en cuisine, baroudeuse à petit budget. Créatrice de VeggieRomandie.ch - Organise des sessions de dessin Draw&Drink

One thought on “Expérience 1 mois 100% vegan: le bilan!”

  1. Intéressants retours de ces participantes!! Bravo à elles pour cet essai, qui semble plutôt positif non?

    Sinon attention à ne pas tout confondre, je pense notamment à « Paon perdue », par exemple vegan ne veut pas dire forcément manger fait maison ou être écolo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.