Expérience 1 mois 100% végane: deuxième semaine

 

Végane durant 1 mois, elles le tentent durant tout le mois de novembre!

Trois participantes du challenge nous font part de leurs impressions au fur et à mesure de leur expérience sur VeggieRomandie. Présentation des participantes ici

Alice

alice

J’ai mangé beaucoup de cru, carottes, tomates, salade et grignoté des chips: pas le temps ni le gout à cuisiner! Je ne supporte pas le gâchis, donc j’innove toujours avec les restes. C’est dur avec mes deux enfants omnivores.

J’ai lu le magazine Grandir Autrement qui parle du végéta*isme, avec une recette où j’ai enlevé le mascarpone pour faire en version végane, c’était méga bon.

La semaine à venir s’annonce riche en goût.

Cassienne

cassienneCes 2 semaines se passent bien dans l’ensemble. Je remarque déjà que l’on peut bien se nourrir en mangeant vegan, cela demande une certaine organisation. Mais il y a quand même de plus en plus d’articles vegans même en grandes surfaces.

Je suis juste souvent énervée par les nombreux produits, même dans des boutiques vegan, qui portent la mention : « Peut contenir du lait »… J’ai opté pour prendre quand même ces produits car il me semble avoir compris que cette mention parle plutôt de « traces » possibles.

Je me sens en forme physiquement et remarque que je mange plus sainement, au fond ! Pendant que mes collègues boivent du café au lait, je suis au jus de fruits par exemple. Par contre je remarque que je dois manger plus souvent car sinon j’ai faim en cours de journée…

La viande ne me manque pas. Par contre j’ai parfois de furieuses envies de fromage ! J’en ai acheté 2 sortes de vegan, je vous en redirai ce que j’en ai pensé. J’ai vu le film Speciesism, c’était vraiment intéressant et donne à méditer. Je me réjouis de la suite.

A bientôt !

Sarah

 

sarah-150x150La violence est-elle le propre de l’homme ? Lorsque l’on regarde se qu’il se passe dans le monde en ce moment, c’est une question que l’on peut se poser.

Le problème qui reste aujourd’hui irrésolu est celui de la banalisation du mal, comme le disait déjà Hannah Arent lors du procès de Einchmann. Le mal, tout le monde en fait, sans en être forcément conscient.

C’est ce qui, je pense, se passe pour un bon nombre de mangeurs de viande qui sont d’ailleurs parmis les premiers à s’insurger lors d’événements tel que celui de vendredi passé.

Pourquoi donc la souffrance humaine, devrait-elle au final plus nous toucher ? J’ai comme l’impression que les gens oublient qu’eux aussi sont des animaux et que nous faisons partie d’un tout. Les hommes ont tendance à valoriser les hommes au détriment des animaux. Parce qu’il faut le dire, ceux-ci sont massacrés par milliers chaque jour dans le monde.

C’est comme si on n’arrivait pas à faire le lien entre violence commise envers les hommes versus celle commise envers les animaux. Quelque chose bloque, comme si la violence commise envers nos amis les bêtes était amoindrie par dieu sait quel concept.

>Là où l’homme, se trompe, d’après moi, c’est que comme à son habitude il catégorise les choses, la violence commise sur les animaux devient donc « plus acceptable » que celle commise sur l’homme. Mais moi je ne suis pas d’accord avec ça. La violence n’est tout simplement PAS acceptable. C’est une généralité que nous devrions tout en chacun essayer d’appliquer au quotidien, par exemple en adoptant un mode de vie végane !

Je ne prétends pas que cela supprimerait toute violence existante, mais cela apporterait peut-être un peu plus de paix dans le monde.

GO VEGAN !


Le commentaire de Vanessa, végane depuis 2 ans

Cassienne a parfaitement raison : on peut très bien se nourrir, et de manière tout aussi gourmande, en mangeant vegan ! Effectivement, les grandes surfaces se mettent de plus en plus à proposer une offre vegan, que ce soit des aliments à préparer ou même des plats tout faits. Je ne suis personnellement pas fan des plats préparés et je trouve que l’offre vegan à ce niveau reste relativement chère, mais il y a des gens qui n’ont pas forcément le temps de se préparer à manger, et c’est bien de savoir qu’il existe une offre vegan pour ce segment de marché.

Cassienne a raison sur ce point : les mentions « traces de… » sont obligatoires légalement et signifient simplement que les aliments sont préparés sur des chaînes ou dans des ateliers où on peut aussi trouver des produits contenant du lait (pour reprendre son exemple). Je les consomme également, c’est un « souci » que je retrouve quand je fais mes courses en magasin bio. Dernièrement, Un Monde Vegan a ouvert à Lyon et je sais que la politique du fondateur est de proposer des produits le plus végane possible, en prenant en compte des critères assez stricts, du coup, là je peux faire mes courses les yeux fermés : enfin un magasin où je peux TOUT acheter, sans passer des heures à lire les étiquettes !

J’ai eu cet effet-là aussi quand j’ai commencé à être végétarienne : je me sentais mieux, plus légère, plus en forme. C’est toujours le cas aujourd’hui. C’est pour ça que je dis souvent que le véganisme est aussi un choix santé. Il y a tellement de bonnes raisons pour adopter ce mode de vie ! Pour ce qui est du problème de fringales, peut-être qu’il faut miser sur des sucres lents ou des aliments qui tiennent bien au corps. Après, je ne suis pas nutritionniste et ça dépend aussi des gens, des appétits : j’aime bien faire plusieurs petits repas dans la journée plutôt que 3 gros, le principal je pense c’est de s’y retrouver et surtout de s’assurer d’avoir tous les nutriments.

Concernant le fromage… Ça me manque aussi ! J’adorais ça avant. L’offre chez Un Monde Vegan est vraiment qualitative, je trouve que les fauxmages proposés font bien le boulot. Ceux qu’on trouve en magasin bio, comme Cheezly, je suis moins fan. J’ai aussi lu quelques recettes dans le livre de Marie Laforêt, mais je n’ai toujours pas pris le temps d’essayer de le faire moi-même.

Sarah nous parle de violence… Dans le contexte actuel, la question se pose. Ce qui m’effraie le plus dans le régime carné tel que nous le connaissons aujourd’hui, ce n’est pas seulement la violence : c’est l’industrialisation de la mort. La filière agro-alimentaire est une machine bien huilée où rien n’est perdu, même les parties les moins consommables de l’animal (qui finissent en bonbons acidulés ou en minerai de viande par exemple).

Effectivement, beaucoup de gens consommant de la viande n’ont pas conscience du mal. Ce qui me choque particulièrement, mais c’est personnel, ce sont ceux qui regardent les documentaires et se disent quand même qu’ils vont aller au McDo le lendemain. Comme s’ils étaient insensibles.

Non seulement les animaux sont massacrés, mais en plus de ça, cette industrie est une véritable catastrophe pour la planète : pour alimenter les animaux qui vont alimenter les hommes, il faut énormément de ressources (eau, céréales), et tout cela a un impact de plus en plus lourd sur la planète.

Sarah évoque la hiérarchisation de la mort : telle vie vaudrait plus que telle autre. C’est une idée que l’on retrouve aussi chez les spécistes, qui pensent que certaines espèces doivent être mangées et d’autres pas. Sarah a raison : aucune mort n’est acceptable, et ne devrait être justifiée. Surtout dans nos sociétés occidentales assez riches où on peut vraiment faire le choix de manger autrement. Comme Sarah, je ne sais pas si adopter le véganisme supprime toute violence, mais il est vrai que cela m’a ouvert l’esprit sur beaucoup de sujets. De la réflexion autour de l’écologie, l’environnement et la vie animale, j’ai aussi appris à consommer autrement en matière de vêtements : j’essaie de plus en plus de privilégier de marques éthiques, loin des modèles H&M ou Zara. Ce n’est pas toujours simple, mais c’est en faisant qu’on apprend. J’achète moins souvent, mais j’investis dans des pièces qui vont durer.

Il y a une phrase que j’ai souvent croisée et qui m’a marquée : « mon corps n’est pas un cimetière ». Il y a aussi cette phrase de Ghandi : « sois le changement que tu veux voir dans le monde« . Alors à tous ceux qui pensent que ça ne sert à rien, qu’on ne changera pas le monde, je répondrai que Rome ne s’est pas faite en un jour, et qu’avec beaucoup d’espoir, de motivation et de bonne volonté, tout est possible.

Go vegan !


La page officielle du World Vegan Month en Suisse Romande: www.asso-pea.ch/fr/world-vegan-month/

Tous les événements Facebook pour suivre les activités organisées durant ce mois de novembre en Suisse Romande: https://www.facebook.com/PEAasso/events?key=events

 

Réagir à cet article
Partage et fais passer l'info! Facebook 0 Twitter 0 Pinterest 0 Aime cet article 0

VeggieRomandie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *