Actus Cause animale Suisse

Initiative « vaches à cornes » – qu’en penser ?

Le 25 novembre prochain, nous nous prononcerons sur l’initiative dite « vaches à cornes ». Visant « le respect de l’animal », le texte est présenté par un comité d’initiative et il est soutenu par le Parti Socialiste ainsi que par différents organismes privés et publics tels que Greenpeace, Pro Natura ou encore la Protection Suisse des Animaux.

Les arguments mis en avant sont essentiellement ceux du respect et de la dignité des vaches ou des chèvres, également concernées par le texte de l’initiative. L’écornage est largement présenté comme cruel et inutile – une position que nous partageons chez VeggieRomandie.ch.

Les initiants insistent notamment sur le fait que la corne d’un animal est un organe irrigué, lié au système digestif des animaux et importante pour leurs soins corporels et leur communication.

De fait, écorner un animal est une expérience douloureuse et humiliante pour lui. Pour ces différentes raisons, nous pensons que la communauté végane dans son ensemble s’accordera en faveur de l’interdiction de l’écornage.

Néanmoins, le texte de l’initiative « Pour la dignité des animaux de rente agricoles » du 25 novembre prochain me pose un problème. Ce projet constitutionnel n’est en rien une interdiction de l’écornage ; il s’agit en réalité d’un programme incitatif, d’une subvention aux agriculteurs s’ajoutant aux programmes déjà en place.

Les paysans vivent actuellement des paiements directs qu’ils reçoivent des autorités publiques. Les paiements directs généraux rémunèrent ainsi par exemple l’entretien de surfaces agricoles ou l’entretien d’animaux « difficiles », quant aux paiements directs écologiques, ils promeuvent par exemple la biodiversité.

Lire aussi: Initiative « vaches à cornes », qu’en penser ?

Chaque élément auquel l’agriculteur est vigilant lui permet de toucher une subvention supplémentaire ; ces subventions s’additionnent pour constituer une part importante de leur revenu annuel. L’initiative « vaches à cornes » garantirait ainsi environ 190 chf/an par vache et 38 chf/an par chèvre au paysan qui déciderait d’arrêter de couper les cornes de ses animaux.

En tant que végane abolitionniste, j’aimerais voir la fin de l’exploitation animale et la fin de l’élevage. Je suis rarement favorable aux projets mettant en avant un pseudo bien-être animal que je trouve trop souvent marketing et hypocrites puisqu’ils n’empêchent en rien la mise à mort des animaux.

Ma question est donc la suivante : sommes-nous en faveur de verser d’avantage d’argent aux éleveurs, ceux-là même qui vivent de cette mise à mort ? D’un autre côté, ne devrions-nous pas encourager chaque pas en direction d’un meilleur traitement des animaux ? Le débat est ouvert !

Qu’en pensez-vous ?!

Lire aussi: Les études scientifiques confirment que l’écornage fait souffrir les animaux

 

Commente cet article

One thought on “Initiative « vaches à cornes » – qu’en penser ?”

  1. Hello, à ma connaissance l’initiative ne prévoit pas de montant fixe pour les vaches non écornée. Le montant indiqué de CHF 190.-/an par vache –qui serait alloué uniquement pour les bovins en programme SRPA- est une proposition de mise en œuvre du comité d’initiative à l’attention du Parlement fédéral, au cas ou l’initiative serait acceptée. Mais au final, ce sera le Parlement qui rédigera la loi d’application.
    D’un point de vue de protection des animaux, la proposition n’est pas si mal. Depuis une quinzaine d’années, un grand nombre d’éleveurs ont abandonné la stabulation entravée -animaux continuellement attachés, sauf durant quelques misérables sorties en hiver et l’estivage- pour des stabulations libres – donc des animaux libres de se déplacer dans l’étable.
    Le risque avec l’initiative contre l’écornage, aurait pu être que des éleveurs, pour toucher des subsides supplémentaires, laissent les cornes de leurs bovins, mais les remettent à l’attache pour réduire les risques de blessures. En conditionnant le versement de subsides aux éleveurs en programme SRPA -qui impose une liberté de mouvements aux animaux et des sorties obligatoires- on ne règle évidemment pas la question sous l’angle de l’exploitation des animaux ni de l’antispécisme, mais on améliore quand même un peu la situation actuelle des bovins en question. Ce qui est mieux que rien. A priori, les animaux détenus aujourd’hui se fichent de savoir si nous sommes abolitionnistes ou non. La fin de l’exploitation animale arrivera de toutes façons lorsqu’ils seront déjà morts, après avoir soufferts durant des nombreux mois. Nos convictions ne leurs sont d’aucune utilité. Si quelque chose peut aujourd’hui réduire un peu cette souffrance qu’ils endurent, nous devons aussi en tenir compte. Pour moi, la question est plutôt de savoir si en acceptant régulièrement des mesures welfariste, qui donnent l’impression à la population que la situation s’améliore, on ne recule pas le moment ou la nécessité d’abolir l’élevage sera une évidence pour la majorité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.