[Interview] Layla Benabid, illustratrice végane et militante

Fin 2015, un dessin simple mais efficace est posté sur Facebook: «Passez de bonnes fêtes, mais sans nous!!». Il représente un groupe d’animaux divers, de la vache à l’escargot. L’illustration est partagée de nombreuses fois, jusqu’à ce qu’elle arrive dans le fil d’actualités de VeggieRomandie. C’est ainsi que nous avons pu découvrir le travail de Layla Benabid, 34 ans, installée à Marseille et qui milite au sein de l’Association pour la libération animale (ALARM). Interview.

Hello Layla, peux-tu nous dire depuis combien de temps tu t’intéresses à la cause animale?

Salut !
Je m’intéresse à la cause animale depuis toute petite mais les choses sont devenues concrètes et sérieuses il y a quelques années seulement. Jusqu’à il y a un peu moins de 4 ans en arrière je n’étais pas vegan.

Comment c’est venu, qu’est-ce qui a été le déclic?

Les choses se sont faites par étapes. Depuis petite je refusais de manger la chair de certains animaux comme le cheval, les animaux tués pendant la chasse…plus tard les lapins, plus tard encore j’appelais au boycott du foie gras…puis j’ai refusé de manger les bébés animaux…je m’insurgeais contre la corrida, la fourrure, le braconnage, la chasse, la pêche à la baleine et aux requins etc …puis je me suis mise à militer pour de meilleures conditions d’élevage, de transport et d’abattage des animaux dits de consommation…

Je suis une enfant de la télé et j’ai absorbé pendant des années les pubs et autres lavages de cerveau qui maintenaient devant mes yeux un voile qui me séparait de la réalité. Je pensais ne rien pouvoir faire pour arrêter tout cela. Je pensais aussi que la viande était nécessaire pour être en bonne santé et que mes os allaient se fragiliser si je ne buvais pas de lait. 

Un jour j’ai vu circuler sur Facebook une annonce. Un militant vegan belge cherchait des illustrateurs pour participer à une compilation en soutien à des prisonniers du mouvement ALF qui pour moi étaient et sont toujours des héros. Je l’ai contacté et ai participé. Nous avons sympathisé et à force de discussions je me rendais compte qu’il vivait sans faire souffrir les animaux. C’était donc possible ! Puis il m’a mise devant mes contradictions, mes incohérences.

Il s’appelle Niko, cofondateur du Doggy Bag Crew, et il est certainement une des personnes les plus importantes pour moi car il a changé ma vie. Enfin je suis en accord avec moi même. Enfin je ne participe plus au carnage. Je regrette juste de ne pas être devenue vegan plus tôt.

Illustration pour Doggy Bag Crew, par Layla Benabid
Illustration pour Doggy Bag Crew, par Layla Benabid

As-tu immédiatement lié la cause animale avec ta passion pour le dessin ?

Je ne suis pas dans le métier depuis très longtemps. Je me suis lancée il y a 5 ans. Je suis free-lance donc je réponds beaucoup à des commandes (ce qui ne laisse pas beaucoup de liberté). Par contre j’ai refusé de travailler pour certains groupes contraires à mon éthique ou refusé de faire certains dessins qui montraient directement l’exploitation d’animaux.

Du côté de l’édition c’est encore une autre histoire. On ne peut pas toujours tout faire éditer par un éditeur. Donc non, pour le moment je n’ai pas d’album sur le sujet. J’ai profité d’une collection de 12 albums sans texte destinés aux jeunes enfants (les Cartoons aux éditions Rêves Bleus), dont je suis autrice et illustratrice, pour montrer que les animaux non humains ressentent, comme les animaux humains, la peur, la joie, la tristesse…mais aussi qu’ils ont une vie sociale, qu’ils aiment jouer, qu’il peuvent interagir avec des espèces différentes de la leur etc…

Et pour être honnête, le militantisme peut faire peur. Aussi bien aux éditeurs qu’aux lecteurs. Je crois que j’avais peur du coup d’être trop incisive, qu’on ne m’édite pas, qu’on ne demande pas mes services… Parce qu’il est très difficile de survivre de ce métier…

Mais je n’ai plus peur. Une grande partie de mes projets à venir sera sur la cause animale. Je dois profiter de ma visibilité, si petite soit elle, pour essayer d’aider les animaux.

 

Illustration par Layla Benabid.
Illustration par LAYLA BENABID.

Les animaux sont victimes de nombreuses façons. Qu’est-ce qui te touche le plus – et qui peut-être t’inspire le plus en illustration?

Tout me touche. Je n’ai pas d’échelle pour leur souffrance et leur mort inutile. Tout m’inspire. Mais concrètement, il m’est très difficile de traiter ces sujets en dessin car cela me demande un effort énorme pour gérer mes émotions. La colère et la tristesse qui me rongent me bloquent souvent. Et comme je m’adresse principalement aux enfants, il faut aussi que je trouve le « bon ton » pour leur en parler.

Il est vrai que je mets l’accent sur les animaux destinés à l’alimentation car c’est pour moi quelque chose de facile à changer dans notre pays (déjà) et où chaque individu a le pouvoir. Cela constitue un tel massacre de masse que forcément j’ai envie d’en parler en premier.

Il y a un peu plus d’un an j’ai participé aux 23H de la BD, un marathon qui dure 23 heures durant lequel on doit réaliser 23 planches de BD sur un thème imposé avec une contrainte. Je n’ai pas fait dans la jeunesse pour le coup !

J’ai voulu parler de l’élevage porcin. J’ai donc dû, pour bien dessiner tout cela, me documenter sur le net. Me remettre face à des images insoutenables. J’ai failli vomir à plusieurs reprises pendant la réalisation de ces planches et j’ai dû faire de nombreuses pauses. Tout cela pour vous dire que traiter ces sujets en dessin, c’est très éprouvant. Mais nécessaire. Alors je recommencerai.

BD réalisée en 23 heures, sur le thème de l'élevage porcin, par Layla Benabid.
BD RÉALISÉE EN 23 HEURES, sur le thème de l’élevage porcin, par Layla Benabid.

Peux-tu nous parler de tes projets futurs?

Je vais reprendre mes illustrations libres pour les militants. J’avais réalisé quelques visuels adaptables en stickers ou badges. J’aimerais en faire d’autres. J’ai un projets de fiches aussi. Je n’en dis pas plus mais j’espère commencer à les publier sur ma page Facebook à partir du mois de février.

J’aimerais éditer la petite BD sur l’élevage porcin cette année aussi. Sûrement en auto édition car je ne vois pas quel éditeur voudrait me suivre sur ce sujet et avec ce format.

J’ai plusieurs projets d’albums sous le coude. J’aimerais parler de corbeaux cette année aussi. Pourquoi pas des collaborations avec d’autres artistes vegans comme la talentueuse Florence Dellerie par exemple… 2016 sera enfin militante pour de bon dans mon travail.

Qui aime les animaux me suive et tant pis pour les autres !

Autre chose à ajouter?

J’ai terriblement envie d’un burger vegan là tout de suite maintenant !

Illustration par Layla Benabid. Merci <3
Illustration par Layla Benabid. Merci <3

Page Facebook de Layla Site internet de Layla

 

Réagir à cet article
Partage et fais passer l'info! Facebook 0 Twitter 0 Pinterest 0 Aime cet article 1

Mlle L

Grande curieuse, amoureuse en cuisine, baroudeuse à petit budget. Créatrice de VeggieRomandie.ch - Organise des sessions de dessin Draw&Drink

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *