Cause animale Lifestyle Portraits & Interviews

[Interview] RES Turner, rappeur engagé: “nous sommes tous des Farid de la Morlette”

Remarqué par sa chanson “Fable de la Morlette” –  inspiré du fait divers de janvier 2014 -, Lionel alias RES TURNER ou RES, et actuel champion du monde End of the Weak, nous en dit plus sur son engagement artistique.

Bonjour RES, tes textes sont très engagés, notamment pour la cause animale. Comment et quand s’est développé ta sensibilité pour cette cause particulière?

Eh bien, je suis plutôt éclectique dans mon art, j’aime faire un peu tout ce que j’ai envie de faire, ça va des textes engagés, notamment envers la cause animale jusqu’à des textes beaucoup plus légers en fond mais peut être plus riche en technique d’écriture et flow, des freestyles, du battle Mc’s…

Concernant la cause nous intéressant ici, j’ai toujours beaucoup aimé les animaux en général, mais paradoxalement je les mangeais, j’ai grandi dans une famille où l’on consommait de la viande ou du poisson à tous les repas, tout en bichonnant nos chiens et chats, j’ai été éduqué comme ça, dans ce paradoxe.

J’ai souvenir d’avoir été heurté par une vidéo sur le foie gras étant plus jeune, je m’étais dit que plus jamais je n’en mangerai, et c’est ce que j’ai fait, puis pareil pour le chapon en période de fête, mais hypocritement je mangeais toujours de la viande à côté, je faisais comme beaucoup, je me voilais la face vis-à-vis de tout ça.

Je pense que le changement a commencé vraiment quand je me suis mis à m’intéresser à ce qu’il y avait dans mon assiette, à me poser des questions sur la provenance, la “confection”, puis le traitement de l’animal que je mangeais, beaucoup de questionnements, jusqu’à m’en rendre limite malade. On va dire que le déclic final a été le reportage Earthlings, j’ai chialé comme un gamin devant, Earthling nous renvoie le reflet de ce que l’on est vraiment vis-à-vis des animaux.

En fait je regrette très sincèrement de ne pas avoir rencontré quelqu’un avant qui m’informe sur la cause animale, je regrette d’avoir changé si tardivement, je regrette d’avoir participé si longtemps à ce génocide.

Quel a été ton cheminement après ces remises en question?

Eh bien ça faisait déjà longtemps que la viande me dégouttait, je ne pouvais plus passer devant un stand charcuterie sans y voir réellement ce que c’était, un stand de cadavres, même actuellement j’ai toujours du mal, je pense que je ne m’y ferai jamais, j’ai l’impression d’entendre les cris de souffrance de ces martyres à qui on a volé/violé leurs vies, leurs chaires pour l’exposer et la vendre fièrement à des consommateurs souvent inconscients, j’ai honte d’avoir été comme ça aussi pendant si longtemps.

Sinon je suis devenu un expert en étiquette^^ , j’analyse chaque liste d’ingrédients pour voir s’il n’y a pas de produits animaux, encore plus depuis que je m’intéresse de près aux additifs alimentaires, mes proches me prennent de plus en plus pour un fou : D

Maintenant bien sûr, ça ne s’arrête pas à l’alimentation, j’ai un régime végétalien mais sans vouloir être cloisonné dans une case, mon comportement rejoint naturellement les principes du véganisme, je suis touché par la souffrance en général, pas que celle envers les animaux bien sur, j’essaie de faire de plus en plus attention à ma consommation en général, des provenances, des matériaux, de prendre moins ma voiture, de revenir vers du plus naturel, pour l’alimentaire j’essaie au maximum de faire fonctionner le local, je ne parle pas de retourner au Moyen Âge, mais juste consommer plus consciemment, bref il y a du travail; surtout dans le système dans lequel on évolue, mais j’essaie chaque jour d’être un peu meilleur que je l’ai été la veille.

Je passe le message autour de moi, j’informe les gens, je dialogue, des fois ce n’est pas évident mais je trouve que les consciences s’ouvrent de plus en plus.

Crédit photo: David Tavan
RES sur scène. Crédit photo: David Tavan

Dans “Mal de Terre” tu dis: Regarde notre alimentation on est des tombes sur pattes/On s’nourrit d’cadavres, terriens macabres comme des nécrophages/Et puis on s’balafre pour rien d’valable mec on s’fait trop d’mal/Il y a bien un problème quelque part non ? Justement, quel est selon toi le problème?

Le problème selon moi déjà est dans notre éducation, et parallèlement dans l’information, ou plutôt la désinformation, depuis petit on nous apprend que c’est normal de manger de la viande et des produits laitiers tous les jours, on nous y encourage d’ailleurs, nos parents, à l’école, les médecins même, nutritionnistes etc . On nous apprend à fuir notre empathie, à faire passer une personne qui en a pour une personne faible, on nous apprend à mal manger, comme pour nombreux additifs alimentaires on nous cache tout et on nous encourage même à nous empoisonner dans ce qu’on mange.

Quelles seraient les solutions possibles pour changer cela?

Aujourd’hui il est plutôt simple de s’informer, via internet, documentaires, livres etc., l’information est accessible à tous, informons-nous! Et changeons! si le besoin s’en fait ressentir.

En tout cas j’encourage les gens à le faire, s’instruire sur tout ça, se documenter sur ce qu’ils ont 3 fois par jour sous leurs nez, dans leurs assiettes. J’en parle souvent autour de moi, certains ouverts au dialogue en ressortent avec des questionnements, parfois plus tard un changement, mais beaucoup ne veulent pas savoir, préfèrent fermer les yeux, garder leurs oeillères, comme je dis aux gens de ma génération qui ont ou approchent de la trentaine d’années, si vous ne le faites pas pour vous, faites le au moins pour vos enfants !

Car même si la cause animale n’est pas votre souci (certains ont ce discours), l’impact sur la santé et sur l’écologie vous touchera peut-être un peu plus.

 

Tu as créé un buzz avec le clip “Fable de la Morlette”. Cette chanson souligne le lien majoritairement spéciste entre l’animal humain et non humain. Comment s’est déroulé le processus de création de cette chanson, puis du clip?

À la suite de ce fait divers j’ai pu observer sur les réseaux sociaux beaucoup de mes contacts Facebook ou Twitter offusqués, révoltés par rapport à ce qu’avait fait Farid, ils l’exprimaient souvent de façon violente, haineuse, souhaitant parfois même la mort de Farid.

La plupart étant “omnivores” le paradoxe de dénoncer cette maltraitance animale qu’eux-mêmes engendrent chaque jour de par leur régime alimentaire m’ont quelque peu sauté aux yeux… J’ai eu envie de l’exprimer à l’écrit.

Ayant déjà fait une chanson sur la cause animale “Earthlings” et ayant vu les retombées positives, les discussions, les prises de conscience de certaines personnes j’ai décidé de mettre en forme tout ça avec une chanson et un clip, pour véhiculer au mieux ce message et peut-être toucher d’autres personnes par rapport à la cause animale.

Pour le clip, un ami, Louis, Dy Willson de son nom de réalisateur, a décidé de se charger de la partie vidéo donc, avec toute son équipe et d’autres bénévoles, encore un grand merci à eux tous pour ce très beau travail accompli.

Quelles réactions as-tu pu constater de la part de tes fans, pas forcément végéta*iens ?

Beaucoup de positif! De questionnement, de prises de conscience même, de demandes de conseils pour changer son alimentation vers un végétarisme ou végétalisme, de recettes. Très peu de négatifs, il y a toujours 3 ou 4 personnes accros à la viande, totalement bornés, qui vous sortiront tous les clichés possibles à la vue du clip sortant les très célèbres “excuses du Lion”, ou celle de la chaine alimentaire, du manque de protéines, ou bien “oui et l’homme préhistorique il mangeait bien de la viande lui hein!” et “on est fait pour manger de la viande l’homme est carnivore!” 🙂 , Comme me disait une amie, les gens ont soudainement des connaissances en nutrition, biologie et histoire quand on parle de la cause animale, des génies 🙂 .

Et de manière générale, quelles sont les réactions de tes proches par rapport aux changements que tu as réalisé dans ta vie?

Bon en dehors que pas mal me prennent pour un fou, au bon sens du terme si on peut dire, il y a une sorte d’effet boule de neige, petite boule de neige mais elle grandit assez vite, de plus en plus de proches et même de moins proches, des gens qui viennent me parler de tout ça sur internet par exemple, optent pour un régime végétarien, végétalien, ou sont en passe de le devenir, se posent des questions, se renseignent, s’informent.

En général je suis plutôt bien compris, même par les personnes réticentes au mode de vie pour lequel j’ai opté, assez proche du veganisme, peut-être car j’ai les bons arguments et que j’arrive à me faire comprendre sur ma démarche.

Un grand merci Lionel!

 

RES Turner donnera un concert à Sion le samedi 27 février 2016 et à Lausanne le dimanche 28 février.

Retrouvez RES TURNER sur sa page Facebook


Crédits photos: Hugues Rouet et David Tavan

 

Commente cet article

A propos de l'auteur-e

Luisa
Grande curieuse écolo, amoureuse en cuisine, parfois baroudeuse (à petit budget). Créatrice de VeggieRomandie.ch - Organise des sessions de dessin Draw&Drink

3 thoughts on “[Interview] RES Turner, rappeur engagé: “nous sommes tous des Farid de la Morlette””

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.