La Bouche Qui Rit, le refuge valaisan qui recueille des animaux destinés à la boucherie

Eviter au maximum de faire souffrir et de (faire) tuer les autres animaux peuplant la planète est le but du véganisme. Mais comment aider au quotidien les animaux subissant actuellement des mauvais traitements? Les refuges et les sanctuaires sont en partie une solution.

Ceux-ci, gérés la majorité du temps par des bénévoles, accueillent des animaux destinés à l’abattoir, et qui y échappent par un tour du destin. Les dénonciations de « propriétaires » abusifs permettent aussi à des êtres menant une vie misérable d’être secourus puis hébergés dans ces espaces.

C’est le cas pour le refuge La Bouche Qui Rit, basé à Martigny et géré par Wendy, son frère Nicolas et sa belle-sœur Sandra.

L’histoire du refuge

Tout a commencé par une annonce postée sur internet et repérée par Nicolas, indiquant en gros ″deux poulains de six mois à venir chercher rapidement dans le Jura, sinon boucherie″.

La décision de les sauver a été évidente. Quelques jours et beaucoup d’organisation plus tard, les poulains ont été secourus, et nombre d’autres animaux leur tiennent compagnie aujourd’hui.

Wendy, végétarienne depuis toute petite et aujourd’hui en transition végane, est, en plus de son travail au refuge, très présente sur les réseaux sociaux pour témoigner de la vie de ces animaux.

Lors de notre rencontre, elle nous parle des situations difficiles rencontrées, notamment avec les personnes qui veulent se défaire des animaux âgés pour s’en acheter de plus jeunes.

refuge-la-bouche-qui-rit-animaux-vegan-veggieromandie2
Bruno

« On veut vraiment essayer de sauver des animaux, pas débarrasser les gens pour qu’ils puissent s’en approprier d’autres. Certaines décisions sont difficiles à prendre, mais on ne veut pas entrer dans cette spirale-là, sinon ça arrête pas le circuit.

Pour les chevaux, beaucoup de gens pensent que ce ne sont que les vieux et malades qui sont abattus, or ce n’est vraiment pas le cas!

Par exemple sur les papiers il y a 40%  de poulains qui partent à la boucherie, mais en réalité c’est 95% . En 2013, c’est ce qui s’est passé. Ça fait mal au bide. Mais si notre association achète des poulains aux éleveurs, ça ne fait qu’aider ce système. »

Elle nous parle du cas de Manouschka: « Elle a 20 ans, elle a accouché de 11 poulains. Elle n’a jamais pu vivre avec un de ses poulains, à part pour le dernier que l’on a sauvé et qu’on a pu replacer aujourd’hui.»

refuge-la-bouche-qui-rit-animaux-vegan-veggieromandie7
Cookie et Wendy

Même si de plus en plus de personnes font appel au refuge, les gens de la région restent relativement froids face au travail réalisé par la Bouche Qui Rit.

De l’expérience de Wendy, par exemple lors de vente de gâteaux, les gens s’indignent rapidement si elle mentionne autre chose que ″une association qui aide les animaux maltraités″ lorsqu’elle explique le but de la vente.

« On nous traite d’utopistes, voire de tarés. […] On a pas de soutien, vraiment rien du tout. Il y a des crèches qui viennent nous voir de temps en temps…mais là à nouveau, cela fait vraiment mal de voir un enfant caresser un animal et de savoir qu’ensuite à midi il va en manger»

refuge-la-bouche-qui-rit-animaux-vegan-veggieromandie11
Bambi

Je pense que les gens doivent oser [devenir véganes]. Il y en a beaucoup qui doivent en avoir envie, mais ils n’osent pas, à cause de la pression sociale. Il faut avoir du courage, et se lancer. – Wendy de la Bouche qui Rit

refuge-la-bouche-qui-rit-animaux-vegan-veggieromandie5
Twix et Bruno en bonne compagnie 😉

INITIATIVES pour sensibiliser le public

Pour amadouer les gens et aussi faire «tourner la boutique», des ventes de gâteaux ainsi que des journées spéciales sont organisées régulièrement par l’association, comme bientôt l’anniversaire du refuge au mois d’août avec un repas végétalien.

Et grâce à leur food truck (camion-cuisine), ils vont pouvoir faire les marchés et proposer des mets végétaliens aux passants.

Wendy lance d’ailleurs un appel: avis aux bénévoles amateurs de cuisine qui souhaiteraient participer à cette aventure! – Wendy avouant ne pas encore maîtriser la cuisine végane.

refuge-la-bouche-qui-rit-animaux-vegan-veggieromandie13
Sang d’Or
refuge-la-bouche-qui-rit-animaux-vegan-veggieromandie12
Faucon
refuge-la-bouche-qui-rit-animaux-vegan-veggieromandie6
Cookie
refuge-la-bouche-qui-rit-animaux-vegan-veggieromandie9
Bambi et Twix
refuge-la-bouche-qui-rit-animaux-vegan-veggieromandie1
Napoléon

Comment soutenir le refuge?

On peut activement aider au refuge en se rendant sur place et donner un coup de main. Il existe aussi le système de parrainage/marrainage d’un animal; devenir membre de l’association La Bouche Qui Rit est également un moyen de soutenir ses activités.

Ou tout simplement faire un don libre, ou soutenir les actions organisées (brunchs, food truck…).

Page Facebook La Bouche Qui Rit

 

Vidéo de présentation du refuge, par Kate Amiguet de la Fondation MART.

 

Réagir à cet article
Partage et fais passer l'info! Facebook 0 Twitter 0 Pinterest 0 Aime cet article 2

Mlle L

Grande curieuse, amoureuse en cuisine, baroudeuse à petit budget. Créatrice de VeggieRomandie.ch - Organise des sessions de dessin Draw&Drink

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *