Lifestyle Mode

La fibre d’asclépiade, la plante qui va nous tenir au chaud

L’asclépiade (Asclepias syriaca), de la soit-disant « mauvaise herbe », capte désormais l’intérêt de nombreux agriculteurs au Québec: souple, résistante, hydrophobe, légère et plus chaude que le duvet, cette fibre offre de multiples avantages dans l’industrie textile et de la mode.

Rebaptisée « soyer du Québec », cette herbe est l’habitat et la nourriture du papillon monarque, et à présent, source de production de la fibre que l’on appelle soie d’Amérique.

Dans les années 80, on s’intéressait déjà à ses propriétés et elle a été utilisée durant la Deuxième Guerre mondiale pour rembourrer les vestes de sauvetage des soldats américains.

asclepiade-papillon-monarque

Mais ce n’est qu’en 2012 qu’une coopérative a lancé un projet visant à créer de la fibre et des feutres d’asclépiade. On peut dire que le succès est au rendez-vous: la toute première récolte de 100 hectares a déjà été entièrement écoulée.

À 250 grammes de fibre par manteau et en moyenne 2500 manteaux par hectare, il y a de quoi faire au moins 250 000 vêtements chauds.

 

On a eu plusieurs demandes du marché dans différents secteurs d’applications ce qui fait que tout ce que nous avons ici est déjà engagé chez certains de nos clients.

On trouvera la soie d’Amérique dans les premières collections de vêtements d’hiver, qui seront des collections d’exploration, aussi dans les absorbants pétroliers et dans des produits de literie – François Simard, PDG de Encore 3.

Le fabricant québécois de vêtements de sport Chlorophylle fait partie des acheteurs et a mis au point une combinaison chaude, légère et hydrophobe qui pourrait remplacer le duvet. Il faut souligner que le feutre d’asclépiade est encore plus chaud que les plumes d’oie ou le polar. Son niveau d’isolation s’apparente à celui du duvet d’oie, mais il est beaucoup plus facile à coudre.

«Nous n’utilisons pas d’engrais sur nos terres, tout est biologique, ce qui est en soit est bon pour les agriculteurs qui sont les premiers exposés aux produits chimiques – Denis Allard, premier agriculteur à tenter l’expérience sur ses terres.

asclepiade-soie-amerique-quebec-fibre

Une excellente alternative aux produits animaux – obtenus à travers le confinement et la souffrance d’êtres sensibles –  et qui demande nettement moins de ressources à produire.

Vivement une production et une utilisation plus large de cette fibre végétale, en remplacement des duvets!
Reportage vidéo Radio Canada

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *