Actus Cause animale Suisse

L’association PEA révèle une enquête sur les conditions d’élevage des poulets dits de «qualité» en Suisse

L’association PEA a aujourd’hui rendu public une vidéo tournée dans un élevage de «poulets de chair» du label IP-Suisse, dont les produits sont destinés aux canaux de vente comme Migros (TerraSuisse), Manor, Coop et McDonalds.

La vidéo ci-dessous a été tournée dans un élevage de « poulets de chair » IP-SUISSE. Ce label prévoit que « les animaux sont détenus selon leur mode de vie naturel ».

Pourtant, l’enquête révèle un élevage surpeuplé, des animaux blessés, malades ou avec des membres désarticulés qui ne bénéficient d’aucun soin et agonisent dans l’indifférence. Si les élevages labellisés sont des endroits abominables pour les animaux, à quoi ressemblent les élevages conventionnels ?

ATTENTION, certaines images peuvent heurter la sensibilité des plus jeunes ainsi que des personnes non averties.

Ces animaux finissent en morceaux dans des barquettes sur lesquelles est apposé un label garantissant le respect du « bien-être des animaux ».

Ces conditions sont tout à fait atroces mais le pire est probablement que tout cela est légal. Il est temps d’arrêter de se moquer des consommatrices et consommateurs !
– Association PEA

Tout cela est légal…

Aussi choquant que cela paraisse, ces conditions de détention sont parfaitement légales. En effet, la loi fédérale sur la protection des animaux érige de beaux principes, mais les ordonnances d’application permettent ce genre d’élevages.

Des animaux ayant eu une vie heureuse avant de finir dans les assiettes : un mythe, hélas très éloigné de la réalité.

poulets-ipsuisse-mort

Les « poulets de chair » ont fait l’objet d’une sélection génétique intense. Ils ont tellement été « optimisés » pour leur croissance musculaire que ni leur squelette ni leur système cardiovasculaire ne sont adaptés à leur masse. Leurs ancêtres atteignaient le poids de deux kg après huit mois, mais ces poussins l’atteignent en un mois et demi. C’est vers cet âge précoce qu’ils sont envoyés à l’abattoir.

Os brisés, claudications, maladies cardiaques et respiratoires sont récurrents. Ces poulets sont des « monstres » créés pour satisfaire des exigences de profit.

Les élevages utilisent des races génétiquement sélectionnées pour produire au maximum, mais cette « instrumentalisation excessive » des animaux n’est-elle pas une claire violation de leur dignité ?

Les labels, des simples promesses

Les labels représentent un outil commercial crucial pour l’industrie alimentaire utilisant des produits d’origine animale. Leur apposition permet d’étiqueter un produit comme « éthique » et d’en augmenter grandement la vente.

Malheureusement, ils constituent souvent de simples promesses dont il est impossible pour les individus en fin de chaîne de contrôler la véracité.

poulets-ipsuisse-mort-2

L’association lance donc une pétition demandant plus de transparence dans les élevages.

S’il est évident pour certain-e-s que tous les élevages sont comme celui-ci (ou même pire que celui-ci) et que l’élevage lui-même doit être remis en question, la majorité de la population n’a pas conscience de cela et il est de notre devoir de rendre publique cette escroquerie morale.
– Association PEA

Signer et diffuser la pétition pour plus de transparence dans les élevages:
je-signe-la-petition

Réagir à cet article

A propos de l'auteur-e

VeggieRomandie
Les articles mentionnés "écrit par VeggieRomandie" sont des articles rédigés à plusieurs, liés à un concours ou rédigés par un contributeur externe à la rédaction habituelle.

6 thoughts on “L’association PEA révèle une enquête sur les conditions d’élevage des poulets dits de «qualité» en Suisse”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.