Actus Suisse

Loup valaisan ciblé par les autorités

Trente moutons croqués par le loup en Valais depuis quelques semaines, c’est apparemment trop de dégâts pour la Commission Intercantonale. Elle va se réunir pour décider si un abattage est nécessaire.

C’est Peter Schleiber, du Service cantonal de la chasse, de la pêche et de la faune, qui l’a annoncé aujourd’hui.

louop

Riposte dans les deux camps

Le Groupe Loup Suisse (GLS) a réagi immédiatement. Il estime que les conditions ne sont pas réunies pour un tir. Le nombre de moutons tués est suffisant, mais la protection des ovins n’est pas conforme aux exigences.

Président de l’Association des éleveurs de moutons nez-noirs du Haut-Valais, Daniel Steiner n’est pas de cet avis. La topologie de l’alpage où ont eu lieu les dernières attaques ne permet pas de mettre en place des mesures de protection des troupeaux.

La protection des troupeaux n’est pas le seul paramètre à prendre en considération. La région théâtre des attaques est sillonnée de nombreux randonneurs en été. Les sentiers sont étroits, parfois escarpés. Les chiens de protection représentent un réel danger pour des promeneurs souvent proches des troupeaux, selon M. Steiner.

Clôtures de protection contre le loup, suggéré par AGRIDEA
Clôtures de protection contre le loup, suggéré par AGRIDEA

En juin, l’Association suisse pour le développement de l’agriculture et de l’espace rural (Agridea) avait présenté une étude sur les alpages valaisans d’ovins. Elle suggérait des adaptations dans 60% des alpages pour améliorer la protection des troupeaux. 

Réalisée à la demande de l’Etat du Valais, l’étude estime qu’un quart des alpages valaisans ne peut pas être protégé en cas d’attaque. Mais, selon le Groupe Loup Suisse, l’étude précise aussi que les troupeaux peuvent être protégés dans la région où ont eu lieu les récentes attaques.

Historique des tirs

Depuis le retour du loup en Suisse en 1995, treize d’entre eux ont fait l’objet d’une autorisation de tir. Huit ont été effectivement abattus, le dernier en septembre 2013 dans la vallée de Conches en Valais. D’autres loups ont été tués accidentellement ou sont tombés sous des balles de braconniers.

Rappel de la situation: Berne veut tuer plus facilement les loups et les lynx gênants

En juin 2014, l’Office fédéral de l’Environnement a ouvert une procédure de consultation pour le Plan Loup et le plan Lynx, afin de le réviser. Le projet prévoit, notamment dans le cadre du Plan Loup, de tirer plus facilement cet animal si les critères sont remplis.

En effet, l’OFEV, qui met en œuvre une motion déposée en 2011 par le parlementaire Hansjörg Hassler (PBD/GR), propose de tirer plus rapidement un loup isolé qui cause des dégâts dans un troupeau sur les pâturages protégés. Il suffira que le carnivore ait lancé 3 attaques impliquant 10 moutons pour qu’il puisse être abattu. Sinon, les critères actuels qui permettent de le tuer s’il a attaqué 35 moutons durant 4 mois suivis, ou 25 moutons en un mois, demeurent inchangés.

WWF Suisse, qui sera consulté, va plaider pour une meilleure protection des troupeaux face aux grands prédateurs.

Commente cet article

A propos de l'auteur-e

Luisa
Grande curieuse écolo, amoureuse en cuisine, parfois baroudeuse (à petit budget). Créatrice de VeggieRomandie.ch - Organise des sessions de dessin Draw&Drink