Actus Cause animale Le reste du monde

Marineland sous la boue: animaux en détresse passés sous silence

Suite aux intempéries de la semaine passée, Marineland est innondé et sous la boue. Que deviennent les animaux captifs du parc?


 Mise à jour du 11.10.15:

Marineland donne enfin des nouvelles des animaux. La direction a posté ce communiqué sur sa page Facebook le 9 octobre.


Les faits confirmés par le directeur Bernard Gianpaolo le 5 octobre: les installations sont endommagées à 90%. L’électricité et l’arrivée d’eau sont coupées. Les piscines sont inondées et contaminées par la vase et de l’eau boueuse. Les pompes et les commandes de température sont cassées.

Et les animaux, principales victimes des intempéries dans le parc? La plupart des poissons et des tortues de mer sont morts. Certains animaux du zoo pour enfants sont morts. Les lions de mer et les orques sont toujours dans une eau polluée.

S’il parle de «casse animale» (sic) dans le Marineland, le directeur ne donne pas de détails. Plus aucune information n’a été transmise depuis le 5 octobre sur la situation des animaux.

Un manque de transparence qui choquent de nombreuses associations et ONGs.

AFP/JEAN-CHRISTOPHE MAGNENET
AFP/JEAN-CHRISTOPHE MAGNENET

 

Témoignages de clients de l’hôtel du parc, sur Facebook: “Une raie a été retrouvée sur le parking, des tortues et des otaries se sont échappées de leurs enclos, elles se PROMENAIENT dans le parc ! L’intérieur est très endommagé ! Le plus atteint est du côté des otaries. Elles ont d’ailleurs pleuré une bonne partie de la nuit ! Ça nous a fait de la peine.”

ONG et associations en colère

Cette situation critique sert de porte-voix aux associations demandant la fermeture des parcs aquatiques et delphinariums depuis de nombreuses années.

La Fondation Brigitte Bardot a interpellé Ségolène Royale sur Twitter: “Fermez cette prison!”. PETA France a créé une pétition pour demander au PDG de Parques Reunidos (qui possède Marineland) et au directeur de Marineland de relâcher les animaux survivants dans des sanctuaires adaptés et de cesser d’utiliser des animaux.

Lamya Essemlali, présidente de Sea Shepherd France, déclare que “ces animaux sont morts du fait qu’ils étaient enfermés et ne pouvaient pas s’échapper. Ils sont doublement victimes des hommes : d’abord, parce qu’ils sont parqués pour notre divertissement, ensuite, parce qu’ils sont victimes du changement climatique dont nous sommes à l’origine ».

Rappelons que douze pays d’Europe ont interdit les delphinariums. La France en compte trois. “Une vision rétrograde” déclare la militante. One ne peut qu’acquiescer.

Commente cet article

A propos de l'auteur-e

Luisa
Grande curieuse écolo, amoureuse en cuisine, parfois baroudeuse (à petit budget). Créatrice de VeggieRomandie.ch - Organise des sessions de dessin Draw&Drink