Actus Lifestyle Manger végétalien

Mayim Bialik partage les 5 choses les plus chiantes à dire à un.e végane

«Hey, c’est Mayim, et bon ok, je comprends. Le véganisme, c’est pas pour toi. Ok, pas de problème, mais n’en rajoute pas avec des arguments et des mythes complètement faux sur le régime végétalien. Voici donc 5 faits «débunkés sur le véganisme.»

Voici comment l’actrice de la série The Big Bang Theory annonce sa nouvelle vidéo postée récemment sur sa chaîne YouTube. Et oh my tofu, comme elle fait bien, parce que, sérieux, y’en a ras la carotte d’entendre SANS ARRÊT les mêmes mythes lors d’une discussion végane-omni.

1. La bouffe végétalienne est dégueulasse

« DE-GUEU-LASSE ». Oui, il existe encore des personnes qui pensent qu’un plat cuisiné qu’avec des végétaux est forcément mauvais. Comme le souligne Mayim, «N’as-tu jamais mangé des spaghettis à la sauce tomate et au basilic? Du chili aux 3 variétés de haricots? Des FRITES ?». Et puis les classiques tartines de confiture ou de beurre de cacahuètes, et les sorbets?  Ce sont des choses considérées de manière générale comme pas dégueus du tout et à la base, véganes.

Dans la suite de ses arguments, je plussoie encore plus. Par exemple: ce n’est pas parce qu’une fois on a mangé un mauvais cake végane que TOUS LES CAKES VEGANES SONT MAUVAIS. Non, des fois il y a juste des recettes pourries ou des mauvais.e.s cuisinier.e.s. Comme pour la bouffe pas végane.

Personnellement, je n’ai jamais autant découvert de bons petits plats depuis que je mange végétalien, que ça soit des spécialités vietnamiennes, thaïlandaises, japonaises, italiennes, mexicaines, anglaises, polonaises, libanaises…

Oui, c’est végane. Et c’est super bon.

2. La carence en protéines

LE grand classique. Tu vas perdre tes cheveux. Tes ongles vont devenir cassants. En fait tu vas te transformer en zombie si tu ne manges plus de protéines animales. Voici un des mythes les plus pernicieux de la nutrition humaine.

C’est un mythe pourtant très simple à briser : OUI tu peux avoir des protéines en mangeant végétalien. Au fait, sais-tu ce qu’est une protéine? Sais-tu combien de grammes de protéines tu as besoin par jour ?

Voilà, exactement. La plupart des gens ne le savent pas.

Et Mayim, elle, elle sait combien il nous en faut 😉 Parce qu’elle s’est renseignée et parce qu’elle a compris que c’est bien moins que ce qu’on peut imaginer. Et de souligner que les Etats-Unis sont le pays qui consomme le plus de protéines animales dans le monde… avec toutes les conséquences néfastes que cette habitude engendre.

Alors qu’on peut trouver ces acides aminés dans les légumineuses (comme le soja, le pois chiche, le haricot), les céréales (comme l’épeautre, le sarrasin, le son d’avoine), les graines (comme le chanvre, la courge, la chia, le quinoa), les oléagineux (comme la noix, la cacahuète), les algues (comme la spiruline), les champignons… sans se gaver d’hormones et d’antibiotiques au passage.

Lire aussi: Le mythe des protéines végétales complémentaires, une fausse théorie trop persistante

3. Je ne pourrais jamais arrêter le fromage

Aaah le fromage. Fromage, mon amour, mon toujours, mon gras et salé aliment chéri. Pratique, tout prêt à l’emploi une fois déballé! Oui, avouons-le, dans notre partie du globe, le fromage a toujours eu une place spéciale dans notre frigo et dans notre estomac.

Pourtant, le fromage est responsable de pas mal de bien vilaines choses: intolérances alimentaires, grosse utilisation d’eau potable pour en faire, pas mal polluant (plus que certaines viandes), grosse souffrance pour les vaches laitières/brebis/chèvres – qu’on engrosse à répétition, à qui on retire leur progéniture et qui finissent à l’abattoir de toute façon – sans prendre aucun compte de la souffrance psychologique que cela engendre…

Niveau fromages végétaliens, un nouveau savoir-faire émerge. Encore neuf mais qui, année après année, commence à produire des fromages véganes et artisanaux très bons, utilisant les mêmes techniques de fabrication que son alter-ego animal.

Je citerai ici le super travail des deux entreprises suisses La Crémerie Végane et New Roots. C’est vrai, ces produits sont un peu chers – et je rejoins Mayim là-dessus: j’en achèterai pas toutes les semaines, mais une fois de temps en temps, ça passe très bien! En fait, c’est comme ça que ce type d’aliment devrait être considéré: comme une petite gourmandise, et pas comme une base de nos repas quotidiens.

Et pour les accros: on en parle ici, de l’addiction au fromage et comment la dépasser.

Fromage de cajou affiné aux herbes New Roots

4. Je m’en fiche des animaux

«Ma manière de montrer que j’aime les animaux, c’est en les mangeant. J’adore manger des animaux. C’est clair que sur ce point, si j’arrive pas à te faire soucier de la cause animale, y a pas grand-chose à dire.»

MAIS. Tu dois bien te soucier d’autre chose, comme, disons, ton environnement, ton empreinte carbone, ton accès à de l’eau potable, ton air respirable… si ? Voici des choses que tu devrais connaître sur les conséquences d’une alimentation basée sur les produits animaux:

  • augmentation des gaz à effet de serre (à cause principalement des élevages qui génèrent en masse du CO2, du méthane,…)
  • pollution des lacs, des rivières, des ruisseaux, des champs (à cause principalement des déjections des animaux « de ferme », bourrés de nitrates, azotes)
  • épuisement des sources d’eau potable
  • épuisement des terres
  • industries qui ne peuvent fonctionner qu’avec des subventions, modèle économique bancal
  • industries qui engendrent de la misère humaine (chez les éleveurs, taux de suicide élevés; chez les employé.e.s d’abattoir – études pointant des problématiques mentales et sociales pour les personnes travaillant dans ce contexte)
  • problème de santé mondiale, danger pour la santé humaine: résistance aux antibiotiques due à une utilisation massive de ceux-ci dans les élevages
Qu’on s’entende bien. L’élevage bio et en plein air contribue aussi à la pollution des sols, des eaux et de l’air.

5. J’aimerai bien devenir végane… mais c’est trop difficile

Hoooo salut toi, ami.e végane-friendly!! C’est super! Si ça peut aider, ne pense pas aux choses que tu « ne peux » plus avoir. Pense à toutes les choses que tu peux avoir! Consulte les blogs et vidéos de chef.f.es véganes et inspires-toi de leurs recettes. Visite les marchés de ta ville, découvre des variétés de légumes et verdures que tu n’avais jamais aperçus dans un supermarché. Fais un tour dans les épiceries bio et asiatiques.

Mets de côté l’argent que tu aurais dépensé pour de la viande, des œufs, du lait, du beurre,.. et réinvestis-le dans l’achat de légumes, fruits, noix, graines, céréales complètes, légumineuses. Retrouve les choses qui font « chanter ton coeur » comme dirait Mayim.

Et de temps à autre, pourquoi pas, teste des produits industriels végétaliens, par curiosité (il n’est nullement nécessaire de consommer des produits industriels pour rester en bonne santé, ça serait même le contraire 😉 ).

Chaque choix qui permet la baisse de ta consommation de produits animaux est un bon choix!

Tu verras que vivre de façon végane, ce n’est pas se punir, ce n’est pas vivre une vie de sacrifices. Non, ça peut être fun, varié et te faire découvrir plein de nouvelles choses et plein de nouvelles saveurs!

Réagir à cet article

A propos de l'auteur-e

Carottes et Courgettes
Carottes et Courgettes
Mange de l'herbe et des cailloux depuis 2013

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.