Chroniques Mon bébé vert

Mon bébé vert: les mensonges de l’allaitement

Mon bébé vert

Vegetal Pareto vous propose chaque mois une chronique sur les joies – ou hics – de la maternité vegan.

 


Allaiter, c’est magnifique.

Un moment de partage et de complicité.
Allaiter, c’est un moment propice aux câlins et à la détente.
Allaiter, c’est être envahie d’amour pour son bébé et vouloir lui donner le meilleur de soi.

D’ailleurs pour allaiter, il faut être bien dans ses baskets et reposée, pour pouvoir produire un bon lait bien nourrissant.

Il faut se mettre à l’aise avec une lumière tamisée, un coussin cocooning; prendre le temps de bien installer son bébé, ventre contre ventre, bien dans l’axe. Être peau contre peau aide aussi beaucoup.

Ensuite savourez… Laissez-vous bercer par le regard plein d’amour que votre bébé partage avec vous.

Ça, c’est dans les livres. Discours cajoleur et enjoliveur à souhait.

euh..ouais mais non.
L’allaitement glamour à talons aiguilles. Euh…

Ma réalité :

Les coussins sont soit trop durs soit trop mous ! La tête de bébé s’enfonce, ou au contraire, on dirait qu’il va être pendu haut et court.

Lumière tamisée ? Ok alors tu vois que dalle ! Tu mets tes lunettes pour essayer de voir où se trouve sa mini bouche.

Peau contre peau. Avec ses ongles aiguisés – qu’il ne te laisse pas couper même quand il dort – il te griffe les miches, le bide, la tronche.

Son regard plein d’amour? Ouais, plutôt des yeux exorbités de pleurs, et il est rouge de colère ton fameux bébé, car ça vient pas assez vite à son goût!

Être détendue et reposée pour fabriquer du lait :
Tu es crevée. Ça fait plus de 40 jours que tu angoisses à vouloir bien faire. Que tu cours partout. Avale des tisanes dégeu. De l’homéopathie. Tu fais même de l’hypnose, de la kinésiologie et de l’acupuncture pour aider bébé à avoir un bon lait bien nourrissant.

Résultat ? Ton bébé ne dort ni le jour ni la nuit, il veut bouffer tout le temps. Ou du moins, téter ou faire son cirque. Puis ? Il fait des pauses interminables, fini par roter, régurgite et ensuite a le hoquet.

Et surtout, quand va t’il comprendre qu’il doit ouvrir grand sa bouche ????!!!!!! Sérieux ! Il sait le faire ! Il l’a déjà fait et du coup ça fonctionne et il boit bien et longtemps.

Mais la majorité du temps, il se braque, se tord, se plie et se déplie. Tourne la tête, suce ses poings, gémit, chouine.

Et quand enfin il chope ton nichon… Il le croque ! Ouais il le croque ! Il a pas de dents ton bébé mais avec ses gencives il te pince de toutes ses forces !

Ravi de son petit jeu, il tète 2 minutes et relâche ton mamelon chiqué pour hurler à la mort et sucer son petit poing les yeux pleins de larmes !

Donc toi, entre la douleur, la fatigue, le mamelon en feu, le sein plein de lait, transpirante et énervée, tu te vois lui mettre une gifle magistrale sur sa joue rebondie. Mais tu le fais pas. Tu l’imagines, tu le visualises façon Ally McBeal. En réalité, tu déposes ta gamine hurlante dans son berceau et tu te casses à la cuisine mordre un torchon.

Et tu culpabilises. Tu te sens comme une grosse merde incapable de nourrir sa gamine. Tu lui chauffes son biberon que tu lui enfiles dans le bec. Mais là aussi ça cloche: elle boit trop vite, ça gicle, elle recrache la tétine, hurle, pousse pour faire caca.

D’ailleurs , elle adore aussi faire caca et pousser les rares fois où elle avait bien ton sein en bouche. Tout en tournant la tête à gauche et à droite, le mamelon toujours en bouche évidemment.

Dans les livres, ils disent d’introduire délicatement ton petit doigt dans la commissures de ses lèvres pour faire cesser le vacuum et lui faire ouvrir la bouche.

Dans la vrai vie, ton mamelon est dans la bouche d’une mini bouche alors la commissure faut la trouver. A 40 jours, sa bouche est loin d’être grande et ton petit doigt loin d’être petit !

Du coup, tu tires plus ou moins comme tu peux au moindre signe d’ouverture de ce bec.

Vous l’avez compris, là tout de suite j’en ai juste plein le cul de l’allaitement.

C’est pourquoi quand je demande dans un groupe en ligne où acheter tel lait maternisé végétal ça me gave que l’on me réponde :

Ben pourquoi ? T’allaite pas ??

– Si justement !! J’allaite !! Et c’est bien ça le problème !!!

Aimer son enfant plus que tout mais avoir envie parfois de lui taper dessus jusqu’à ce qu’il devienne tout plat pour pouvoir le scotcher au mur, voilà mon quotidien actuel. Par chance je ne lui ferai jamais de mal car je l’aime plus que ma vie. Mais c’est terrible de se sentir impuissante et bernée par les « pseudo livres et autres spécialistes à la science infuse sur le bien-être des bébés ».

Toi tu la regardes hurler avec ses yeux exorbités comme un poisson hors de l’eau et tu ne comprends pas ce qui ne va pas. Dur dur d’être maman.

Mais je ne reviendrais en arrière pour rien au monde <3

 

Réagir à cet article

A propos de l'auteur-e

Vegetal Pareto
Vegetal Pareto
Végane et maman, je vous partage des instants dans ma chronique "Mon bébé vert".

10 thoughts on “Mon bébé vert: les mensonges de l’allaitement”

  1. Oh my, c’est si bon enfin un peu de vrai sans le filtre magique « tout est beau, tout est rose, tout est merveilleux, mais si, mais si » (pardon, j’ai ri).

    Les fameuses « 3 séances de consultation en allaitement » payées par l’assurance n’ont donc pas été suffisantes? (je suis nullipare mais pour protéger le mamelon j’ai entendu parler des téterelles…?) Et la possibilité de tirer ton lait pour que ton bébé puisse quand même profiter de ton lait même sans téter, pas concluante?

    Ma pauvre. Courage.

  2. Oui j’ai essayée les téterelle quand les seins sont abîmés ça fait encore plus mal car vaccum .
    Et oui je tire mon lait .. Mais j’en ai vraiment pas beaucoup 🙁

  3. je suis désolée que tu doives passer par là. ça sonne la frustration et le doute et même la colère à plein le nez.

    l’allaitement, oui, c’est naturel – mais naturel ne veut pas dire « inné »! du tout, même. c’est un processus d’apprentissage qui se transmettait jadis de mère en fille, sauf que ce cercle à été interrompu grâce à la popularité du biberon / lait artificiel.
    honnêtement, à te lire, il y a encore beaucoup d’apprentissage à faire. si tu veux allaiter, je te conseille de t’adresser de suite à une consultante en lactation certifiée IBCLC, pas à une sage-femme (elles sont malheureusement ultra souvent très peu compétentes en la matière. un comble!).

    tu peux aussi me contacter, je suis pas dans ta région mais on peut téléphoner. c’est toujours bien mieux que rien du tout. je ne suis pas certifiée car je n’ai pas une profession de santé comme base (ce qui est requis pour la certification) mais je m’y connais vraiment. en théorie comme en pratique : j’ai allaité ma fille pendant 2 ans jusqu’à ce qu’elle se soit sevrée elle-même et j’allaite actuellement mon fils de 5 mois.

  4. Merci pour ta réponse .
    En effet il y a de la colère et du dégoût même . J’ai été mal mené pour la première mise aux seins et ma fille également . Et c’est de ça que je dois faire le deuil . Une sage femme sorti de nul part me l’a mal positionnée . J’étais couchée à plat et la puce qui venait de naître avait le front en direction de son papa qui était sur ma gauche et j’avais son sexe ( oui oui son sexe ) dans mon cou !! Elle tetait l’areole et l’autre me l’a replaçait n’importe comment et moi je devais expulser le placenta et on me parlait de tous les côtés . J’en suis encore traumatisée. 3h plus tard mes 2 seins avaient des crevaces. Ensuite en chambre les sages femmes se relayaient pour me prendre les mamelons et me les tordres comme si c’était une clef d’auto et qu’on voulait mettre le contact ! Elles forçaient mon enfant en lui mettant le mamelon de force dans la bouche ! La petite était rouge écarlate et bouillante et moi les larmes coulaient à flots car j’avais très mal et je culpabilisais de ne pas réussir à la nourrir !

    1. oh ma pauvre, ça m’attriste de lire des horreurs pareilles! c’est un cauchemar ce que l’on t’a infligé, à toi et à ta fille. comment compromettre une chose qui se veut la plus tendre et douce, et ce dès le début…
      tu n’es pas seule dans ce cas, malheureusement. comme je l’ai écrit avant, beaucoup de sage-femmes ne connaissent rien à l’allaitement et n’aident pas les femmes – bien au contraire. le comble : beaucoup d’entre elles n’ont jamais allaité ou alors n’y sont pas parvenues!
      je suis contente d’apprendre que l’ostéopathe à pu aider avec la mâchoire crispée de ta fille (pas surprenant qu’elle ait développé cela, vu le traitement infligé!)
      mon offre tient toujours. tu dois pouvoir voir mon email, si cela t’intéresse, fais-moi signe 😉

  5. C’est vrai que c’est loin d’être your beau tout rose contrairement a ce qu’on nous vend !!

    Ta fille ne souffrirais pas d un RGO ou toi d’un reflexe d’éjection trop fort pour qu’elle okeire beaucoup au sein ?

    Je te conseillerais une conseillère de la leche league

  6. Audrey .. Ma fille tète mieux et ouvre mieux la bouche depuis qu’elle a vue une Ostheopathe .
    Mon allaitement est mon galère de ce faite.. Elle grandit et on apprend a ce connaître . Merci pour ton conseil

  7. ahaha!! j’adore ton article! enfin quelqu’un d’honnête ! je suis complétement d’accord pour avoir vécu et testé bien sur 😉
    bon courage pour la suite en tout cas, c’est clair, un BB c’est une aventure pire qu’indiana jones au quotidien 🙂

  8. Je cherchais des réponses à mes questions sur l’allaitement et le « veganisme » et je suis tombée sur cet article. Alors je me permets d’apporter mon grain de sel 😉
    Depuis 2015, 16 visites à domicile de la sage-femme sont remboursées par l’assurance-maladie, plus les trois conseils en lactation. Alors il faut en profiter et ne pas hésiter à changer de sage-femme si ca ne se passe pas bien.
    Chez moi aussi, c’était galère au début! Après l’accouchement, j’ai été prise en charge par les infirmières en néo-nat. et non par des sages-femmes (en tout cas dans l’hôpital où j’étais, qui prône d’ailleurs l’allaitement maternel). Résultat : mise au sein sans explication, j’avais mal, un vrai calvaire. Au bout de 3 jours, bébé ne prenait toujours pas de poids, alors pesée du bébé avant et après tétée (très pédagogique et pas du tout stressant pour la mère), il ne prenait que 10g! deux solutions me sont proposées : tirer le lait ou le mettre plus souvent au sein (=avoir mal plus souvent dans mon cas)! mais je VOULAIS allaiter, alors j’ai dit non, pas de biberon et j’ai lu la brochure (!) sur l’allaitement qu’on m’avait donnée en arrivant dans la chambre. J’ai pu y lire tout ce que je faisais faux (!!) et la tétée suivante, bébé prenait déjà le double! Ensuite, une fois rentrée à la maison, j’ai été soulagée de pouvoir poser mes questions à la sage-femme, qui était très compétente. Elle m’a d’ailleurs confirmé que c’était assez catastrophique et que de (trop) nombreuses mamans rentraient de l’hôpital dégoûtées de l’allaitement.
    Malgré tout, les 3 premiers mois ne sont pas faciles… j’ai songé plus d’une fois à jeter l’éponge! Et quand enfin j’avais l’impression d’être à l’aise, c’était l’heure de retourner au travail. Alors j’ai décidé de continuer, de pomper mon lait au bureau et je ne regrette pas car maintenant, c’est vraiment du bonheur et des moments agréables (et mon bébé est toujours content de me voir rentrer…il a très bien fait l’association de ma personne avec sa source de lait 😉
    NB:j’ai aussi beaucoup consulté le site de la Leche League!
    NB2: j’ai trouvé ici de supers produits pour mes mamelons et pour bébé! http://www.aromatherapie-maeder.ch

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.