Chroniques Pas de polo, pas de poney…

Pas de poney, pas de polo: DIY anti -ismes

Végane suisse émigrée en Argentine, Tamara B nous conte régulièrement ses aventures avec sa chronique “Pas de poney, pas de polo”


J’en avais un peu parlé dans la première note, le commerce de bouffe d’ici est méga dominé par:

  • les supermarchés “chinois” (tenus par des chinois, vendant de l’industriel et que de l’industriel et rien de chinois)
  • les “verdulerias” – magasins de fruits et légumes qui ont l’air de tous s’approvisionner chez les mêmes fournisseurs de tomates calibrées, pommes astiquées et j’en passe
  • les “dieteticas” – magasins diététiques où on trouve (ouf) des légumineuses et des épices en vrac, du gluten, des farines, du tofu… bref, des trucs un peu plus spécifiques

Je vous passe les boucheries/charcuteries, hein! Mais bon vous voyez un peu le tableau, surtout de l’industriel, du calibré, quasi rien de bio, quasi aucun produit cosmétique ou d’entretien vegan… On épluche donc les étiquettes chez le chinois (pas mal de trappes diverses) et on achète des réserves de guerre à la dietetica, pour mitonner des trucs et des machins.

MAIS il y a un mais, assez logique en fait: soumettez 13 millions de personnes à ce “régime d’austérité” et vous verrez sûrement apparaître des initiatives DIY* comme ici. On les appelle les “feria”, ce sont des marchés (vegan, ou bio, ou locaux, ou un peu de tout à la fois) complètement autonomes, organisés par des collectifs ou des personnes seules.

Et les stands sont tenus de manière encore plus “yourself” – ça pourrait être ta voisine de palier qui a fait des cakes dans sa cuisine et les vend là sur une petite table, hop!

Il y en a plein de ces marchés et c’est vraiment cool (bon, dans une mégapole aussi grande que Buenos Aires, on n’a pas l’impression qu’il y en a plein, vu qu’on n’a accès qu’aux quelques uns qui sont dans un rayon d’action accessible). L’un me plaît en particulier, c’est la Feria A Contraflecha, “à contre-sens”, on dira. Elle est vegan et à contre-sens justement du consumérisme et différents autres “-ismes”. L’espace où elle se fait est en fait le bar d’une petite radio communautaire, petit et tout bricolé à la main.

DSC_0068DSC_0067DSC_0069 DSC_0070 DSC_0071DSC_0074

C’est chaleureux, plein de petits stands de bouffe vegan, de fringues, d’accessoires, de produits cosmétiques, de lingerie et j’en passe, et surtout plein de gens dé ten dus. Les organisateurs sont particulièrement syma, Marisa par exemple m’explique comment ca fonctionne – ca fait 6 ans qu’ils existent, et c’est complètement auto-géré. Ceux qui tiennent les stands paient ce qu’ils veulent / peuvent (contrairement à d’autres ferias qui peuvent taxer), et ils organisent à chaque fois des ateliers de cuisine ou autre et des discussions – par exemple avec une nutritionniste qui parle de veganisme.

L’idée c’est justement d’inclure tout le monde, y compris ceux qui passaient là par hasard et qui ne se disent même pas forcément que le veganisme est pour eux. J’aime beaucoup cette manière de faire très ouverte, non sectaire, qui permet aux gens de s’informer et de voir à leur rythme, en goûtant aussi au passage un petit dessert vegan totalement décadent (oui, on les aura par les desserts, j’y crois!).

Quelques photos encore, et les infos sur leur facebook (en espagnol)

---feria-acontraflechaDSC_0072

 

*do it yourself, faites-le vous-même

Réagir à cet article

One thought on “Pas de poney, pas de polo: DIY anti -ismes”

  1. C’est très prometteur les initiatives de ce genre! Espérons que ça se propage de plus en plus, et surtout aussi en Suisse.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *