Actus Manger végétalien

Qu’est-ce qu’une saucisse ?

Le mois dernier, le ministre de l’agriculture allemand a annoncé vouloir interdire les appellations « saucisse » et « escalope » pour les produits faits à partir de substituts non carnés.

Ces termes trompent et déstabilisent les consommateurs […]. Je vais plaider pour qu’ils soient interdits dans l’intérêt des consommateurs.
– Christian Schmidt (Ministre Fédéral de l’Agriculture d’Allemagne)

Cette attaque sémantique du véganisme n’est pas isolée. Par exemple, l’appellation «lait végétal» est plus ou moins illégale au sein de l’Union Européenne.

En effet, un texte de loi européen de décembre 2013 précise: «La dénomination ″lait″ est réservée exclusivement au produit de la sécrétion mammaire normale, obtenu par une ou plusieurs traites, sans aucune addition ni soustraction». D’après ce texte, les laits végétaux n’existent donc pas.

En allemand, le terme le plus couramment utilisé pour désigner les saucisses est Wurst qui semble étymologiquement indissociable de la charcuterie, même si je ne suis pas parvenu à retrouver le racine étymologique exacte. À l’inverse en français, saucisse vient du latin salsus qui signifie salé, ce qui n’implique donc pas, à priori, de produits carnés.

De même, fromage vient de forma (forme en latin) car le fromage est un aliment qu’on met en forme en le moulant. Saucisse et fromage désignent donc autant les procédés de fabrications que les produits finis et n’impliquent donc pas dans leur étymologie d’exploitation animale.

Meat-free meat de chez The Herbivorous Butcher (le boucher herbivore). Viande ou pas viande ?

Alors je sais bien que la saucisse est un produit carné issu de la tradition charcutière allemande et les traditions c’est sacré! Je veux bien l’admettre, mais autant le dire honnêtement, monsieur Schmidt ne veut pas qu’on touche à la tradition de la saucisse. Ça pourrait se tenir s’il l’assumait.

Mais se cacher derrière « l’intérêt des consommateurs », c’est un peu facile.

Parce que le véganisme (Veganismus en allemand) n’a rien d’ambigu dans son appellation. Tous ceux qui connaissent la définition du mot savent pertinemment que ça implique une absence totale de produits carnés.

Donc le consommateur, (végane ou non d’ailleurs) lorsqu’il achète sa saucisse végane (vegane Wurst) ou son escalope végane (veganes Schnitzel) sait pertinemment que son produit ne sera pas fait à base de viande. À l’inverse, est-ce que le consommateur achetant sa saucisse de viande dans un supermarché sait que les saucisses industrielles ne contiennent en moyenne que 30 à 40 % de viande, le reste étant un mélange d’autres dérivés comme, ô surprise, du soja…

Monsieur Schmidt, les saucisses industrielles méritent-elles leur titre de saucisses ?

D’ailleurs, si on parlait vraiment des problèmes d’appellations et d’étiquettes fausses, voici une liste que vous aimeriez peut-être également interdire dans l’intérêt des consommateurs:

  • La vinaigrette huile d’olive extra, vinaigre balsamique, tomates séchées de Puget est faite avec de l’huile de colza (source)
  • Chez Nestlé, la soupe Maggi boeuf-carottes aux vermicelles ne contient pas de boeuf (source)
  • L’appellation 100% filet est autorisé s’il n’y a que 84% de viande dans les tranches de filet (source)
  • La moutarde de Dijon est rarement faite à Dijon (source)
  • Les gâteaux chinois (Fortune Cookies) sont américains (source)
  • Les french fries sont belges (source)
  • La salade César est mexicaine (source)
  • Le savon d’Alep peut désormais être fait à Paris (source)
  • Le hot-dog n’est pas fait à partir de chien (source)
  • Les fruits de mer ne sont pas des fruits!
  • « un grec » désigne des spécialités turques (source)
  • Les balances vendues en grande surface ne mesurent pas votre poids mais calcule votre masse. Les unités inscrites sur ces balances sont donc fausses (le gramme est une unité de masse et que votre poids s’exprime en Newton. Toutes les infos dans cette vidéo)!
  • Les sacs ou gourdes isothermes ne sont pas isothermes mais adiabatiques (en thermodynamique, isotherme signifie qu’il y a des échanges de chaleur entre l’extérieur et l’intérieur du milieu, ce qui pose problème si on votre objectif est de conserver la chaleur…).

D’une manière plus générale, nous utilisons dans toutes les langues des termes ou expressions idiomatiques toutes prêtes qui perdent leurs sens originel, ou qui héritent d’erreurs d’appréciations ou de stratégies de communication (frigo a remplacé réfrigérateur par exemple ) car une langue, ça vit.

Vegan est un terme très récent (1944), et vient lui-même de la contraction du terme anglais VEGetariAN. L’application du mode de vie végane est elle-aussi récente puisqu’elle n’est viable que depuis 1948 et la découverte de la vitamine B12 qui a définitivement affranchi l’humanité de l’exploitation animale.

Lire: Tout ce qu’il faut savoir sur la B12

Donc oui, le terme vient après des siècles de traditions et le véganisme n’a pas pour but d’effacer l’histoire de l’humanité et de ses langues. Au contraire, nous nous sommes habitués à certains produits, à certaines coutumes, à certains plats traditionnels et à certaines appellations.

Et il est normal qu’en tant que végane, nous désirions continuer à perpétuer ces traditions, à manger ce que nous mangions lorsque nous étions carnistes car ce ne sont pas les produits qui nous dérangent, mais l’exploitation animale qui a été nécessaire pour les obtenir.

Nous voulons continuer à manger des saucisses, des escalopes, du fromage, boire du lait, fêter Noël autour d’un bon repas, mais aucun être sentient ne doit être sacrifié pour ces plaisirs gustatifs car aucun plaisir ne vaut la vie d’un individu.


Et vous, que pensez-vous des initiatives visant à interdire certains termes alimentaires dans leur version végétalienne?

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *