Actus Cause animale

[Suisse] Pour l’abolition de l’élevage industriel !

Au mois de juin 2018, l’association zurichoise Sentience Politics a lancé une initiative populaire fédérale « Pas d’élevage industriel en Suisse ». L’objectif est de récolter les 100’000 signatures exigées.

Chaque année en Suisse, 50 millions d’animaux dits de rente sont élevés et abattus. La consommation d’aliments d’origine animale en Suisse a augmenté de près de 60% depuis la fin du XXe siècle.

Pour pouvoir faire face à la demande, le nombre d’animaux de rente a augmenté et les exploitations agricoles sont passé d’environ 70’000 à près de 55’000. Cela signifie que les exploitations comptent aujourd’hui bien plus d’animaux que par le passé au détriment de leur bien-être.

Lire: Initiative « vaches à cornes », qu’en penser ?

D’après un sondage d’Isopublic, 87% de la population Suisse estime que le bien-être des animaux de rente est « important » ou « très important.

« Si cette initiative était acceptée, elle aurait des conséquences phénoménales en rendant illégaux environ 90% des élevages actuels en Suisse (à savoir tout ceux qui ne respectent pas les standards « bio »). Et nous savons que les normes « bio », bien que loin d’être suffisantes, sont bien meilleures que les normes actuelles. »
Fabien, porte-parole de l’Association PEA 

Crédit photo: LSCV

Si l’initiative est acceptée, un délai de 25 ans sera accordé aux installations existantes pour se mettre à jour avec les nouvelles normes, quant aux nouvelles exploitations elles devront immédiatement être conformes.

 

Pour participer, signez l’initiative et faites signer vos proches !

 

Page Facebook de l’initiative  Le site de l’initiative 

Réagir à cet article

A propos de l'auteur-e

Keziah Perez
Rédactrice en chef de VeggieRomandie.ch

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.