Actus Suisse

[VAUD] Sanctions pour deux bouchers suite à une enquête

Deux bouchers se sont vus retirer leur droit de pratique en Suisse pour une durée indéterminée. Cette sanction est la conséquence de la diffusion d’images tournées en caméra cachée dans des boucheries vaudoises.

Ces vidéos avaient été révélées en 2017 par Virginia Markus, auteure de l’ouvrage “Industrie laitière, une plaie ouverte à suturer ?” et militante pour l’antispécisme en Suisse.

Après enquête, le Service de la consommation et des affaires vétérinaires du canton de Vaud ont décidé de sanctionner deux bouchers-charcutiers, dont le gérant d’un abattoir à Mont-sur-Rolle, avec une interdiction d’exercer dans le pays, ainsi qu’à trente jours-amende avec sursis.

Le vétérinaire cantonal, Giovanni Peduto, indique aux médias:  «L’étourdissement est un principe primordial auquel on ne peut pas déroger. Les bouchers professionnels le savent et l’appliquent dans leur immense majorité […] Y renoncer sciemment constitue donc une infraction grave».

Il rappelle aussi que toutes les mesures du Service ne sont pas autant médiatisées que dans ce cas précis, mais c’est la première fois qu’une telle sanction touche un abattoir dans le canton de Vaud.

Quant à Virginia Markus, à l’origine de ces images, elle rappelle qu’elle avait pris le soin d’anonymiser les personnes présentes dans ses vidéos, ne souhaitant pas viser des individus, mais le système en son entier.

Elle déclare sur sa page Facebook:

La condamnation à vie (de pratique en Suisse) des deux bouchers n’est pas une victoire en soi, puisqu’elle leur fait porter l’entière responsabilité du sort réservé aux animaux dans ces lieux de mort. Et ils ont été remplacés illico par d’autres professionnel-le-s d la tuerie.

Ils n’étaient finalement que les maillons d’une chaîne bien plus vaste, pour laquelle les éleveurs et éleveuses (les mêmes qui nous reprochent d’avoir sauvé “leurs” cabris en mars 2018), consommateurs et consommatrices, revendeurs et revendeuses, politicien-ne-s, détiennent une part de responsabilité non négligeable.

Mais elle souligne néanmoins dans une interview que l’on assiste aujourd’hui à un véritable tournant dans l’histoire du droit des animaux.

Sources: LeTemps.ch / 20min.ch / FB

Commente cet article

A propos de l'auteur-e

Luisa
Grande curieuse écolo, amoureuse en cuisine, parfois baroudeuse (à petit budget). Créatrice de VeggieRomandie.ch - Organise des sessions de dessin Draw&Drink

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.